Show Less
Restricted access

Régimes démographiques et structures socio-économiques

Les communautés villageoises de la province de Namur durant la première moitié du 19e siècle

Series:

Marc Debuisson

Un terroir et une population : entre les deux se sont tissés des liens qui forment plus qu’un espace, une structure de vie construite par la communauté villageoise. Le concept de régimes démographiques a tardé à s’imposer dans les analyses en démographie historique. Pourtant, cette approche permet d’intégrer deux dimensions longtemps négligées en démographie : les migrations et le terroir. En ce début du 19 e siècle, dans la province de Namur (Belgique) confrontée aux bouleversements de la révolution industrielle, les comportements démographiques des communautés villageoises ont dû s’adapter à l’évolution physique, économique et sociale de leur environnement qui, lui-même, était modelé par l’essor sans précédent de la population. A partir d’une analyse quantitative de près de 400 communes de la province de Namur, six communes-cas reflétant la grande diversité des régimes démographiques ont été retenues pour une approche mêlant quantitatif, en observant 8’000 individus, et qualitatif, en recourant aux archives locales. Cette recherche tente en effet de réconcilier le quantitatif et le qualitatif, le macro et le micro en privilégiant un niveau méso : la communauté villageoise.
Show Summary Details
Restricted access

3. Démarche épistémologique

Extract

← 682 | 683 →

3. Démarche épistémologique

Au final, après avoir répondu aux deux questions qui président à cette recherche, il nous faut poser un regard sur notre propre démarche épistémologique.

Dès le départ, cette recherche se veut une jonction entre histoire rurale et démographie historique. Nous avons trouvé peu de recherches qui alliaient de manière approfondie les deux domaines1, comme si ceux-ci ne se recouvraient pas. Peu initié à l’histoire rurale au départ de cette étude, nous avons tenté de la mener en respectant les principes premiers de la démarche historique tels qu’enseignés par la critique historique. Notre démarche se veut apparente. Nous avons dès lors préféré citer de nombreux extraits de textes ainsi que mentionner les références sur lesquels se reposait notre raisonnement. Ainsi, les sources peuvent servir de briques à l’édification de l’étude que nous cimenterons progressivement. Et ces briques restent apparentes pour le lecteur. A lui de les retirer ou de les agencer ailleurs pour faire progresser la problématique. Deuxième règle d’or : tendre vers l’exhaustivité dans les sources utilisées. Pour ce faire, nous avons eu recours aussi aux travaux d’érudits locaux, considérant que les détails collectés pouvaient être très utiles pour reconstruire le vécu local, mais aussi pour entrer dans la mentalité de ces populations anciennes. Les travaux de ces historiens locaux permettent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.