Show Less
Restricted access

Monnaie et citoyenneté

Les citoyens à l’épreuve de la globalisation financière

Virgile Perret

La monnaie n’est-elle qu’un instrument au service de l’économie ou joue-t-elle un rôle dans la définition des relations entre les membres d’une communauté politique ? Située au carrefour des Etats et des marchés, des sphères publiques et privées, la monnaie est un phénomène complexe qui semble bien éloigné de la vie des citoyens. Or, cet ouvrage montre que la monnaie contribue non seulement à la construction de la souveraineté politique, mais aussi à la reconnaissance de droits aux citoyens et au renforcement de la cohésion sociale. A partir d’une approche qui combine les apports de l’économie politique internationale et de l’école de la régulation, il analyse le rôle de la monnaie dans le contexte du système monétaire de Bretton Woods (1944) et de sa transformation avec le développement de la globalisation financière depuis les années 1970. Si la monnaie a été mise au service d’un principe de protection des droits sociaux contre les pressions financières après la Seconde guerre mondiale, elle contribue aujourd’hui à transformer en profondeur la solidarité sociale et le rôle des citoyens face à la gestion de leur avenir économique.
Show Summary Details
Restricted access

3. Bretton Woods (1944) et les fondements monétaires de la citoyenneté sociale

Extract

3. Bretton Woods (1944) et les fondements monétaires de la citoyenneté sociale

L’ordre monétaire international issu des accords de Bretton Woods (1944) a parfois été décrit comme un ordre libéral offrant un environnement propice au développement de la dynamique de la globalisation financière. Or, cette représentation est partiellement erronée, car ces accords correspondaient à un profond rejet des politiques financières libérales qui avaient prédominé avant 1931 et défendaient une conception restrictive de l’ordre financier international. Dans ce chapitre, nous montrons que l’ordre monétaire de Bretton Woods comportait, en opposition avec la tradition libérale en finance, un principe de « protection monétaire » contribuant à protéger la sphère domestique de l’Etat social contre la pression des marchés financiers. En ce sens, le système de Bretton Woods ne reflétait pas seulement une nouvelle conception de la régulation financière, mais il reposait plus largement sur un nouvel arbitrage politique entre l’espace international et la sphère domestique qui devait favoriser l’émergence d’un nouveau pacte social.

En outre, ce chapitre souligne le fait que la monnaie a également contribué à la construction de la citoyenneté sociale à travers une transformation concomitante de la conception et de l’usage de la politique monétaire sous l’influence des idées de Keynes. Si cette transformation est convergente avec l’institutionnalisation du régime de Bretton Woods qui visait précisément à accroître l’autonomie macroéconomique des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.