Show Less
Restricted access

Vox & Silentium

Études de linguistique et littérature romanes – Studi di linguistica e letteratura romanza – Estudios de lingüística y literatura románicas

Edited By Gina Maria Schneider, Maria Chiara Janner and Bénédicte Élie

Voix et silence se considèrent traditionnellement comme deux phénomènes opposés, s’excluant l’un l’autre. Les contributions contenues dans ce volume se proposent de dépasser une telle conception, en se centrant non seulement sur la valeur et les fonctions que les deux concepts peuvent recouvrir, mais aussi sur la relation complexe qui existe entre eux en linguistique et en littérature. Outre les deux pôles constitués par la voix et le silence, on peut repérer dans le domaine des langues romanes une grande variété de voix silencieuses ou de silences expressifs : la communication non verbale et son interaction avec le langage verbal, les différentes voix (plus ou moins silencieuses) donnant expression à ce qui ne peut pas être dit, ou bien la représentation graphique – et donc apparemment « muette » – d’un phénomène potentiellement acoustique. Le cri silencieux de Daphné, rendu visible dans la sculpture de Gian Lorenzo Bernini illustrant la couverture, est la manifestation figurative de cette rencontre oxymorique entre la voix et le silence.
Show Summary Details
Restricted access

Pascal Quignard. Entre le refus du langage et l’impossibilité de se taire, le silence musical

Extract

MARION COSTE

(Université Paris III Sorbonne-Nouvelle)

A de nombreuses reprises, Pascal Quignard revient sur les motivations qui l’ont poussé à écrire, que ce soit dans ses essais théoriques (Petit Traité sur Méduse, La Haine de la musique, La Leçon de musique), dans ses essais critiques (Le Vœu de Silence, qui porte sur l’œuvre de Louis-René des Forêts) ou à travers ses personnages de roman, souvent travaillés par une forme de mutisme (Villa Amalia, Tous les matins du monde, Les Solidarités mystérieuses). A l’énoncé de ces titres, on est frappé par un fait : l’origine de l’écriture semble pour lui être liée à la musique et au silence. Il y a là quelque chose de surprenant, de paradoxal : l’écriture de Pascal Quignard existe dans et par ce paradoxe, en tension entre le silence et la musique, dans l’insatisfaction du langage.

Nous allons d’abord essayer de comprendre pourquoi le langage, d’après Pascal Quignard, est toujours insatisfaisant, au point que, dès l’enfance, il a vécu de longues phases de mutisme, refusant le langage et se vouant au silence.

Dans Le Nom sur le bout de la langue, Pascal Quignard parle d’une certaine défaillance du langage :

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.