Show Less
Restricted access

Enseñar deleitando / Plaire et instruire

Edited By Constance Carta, Sarah Finici and Dora Mancheva

Veinte profesores de siete universidades suizas proponen su propia lectura del principio horaciano de enseñar deleitando a través de un mosaico de textos que difieren en la lengua, en el género y hasta en el alfabeto. Los artículos versan sobre las curiosas y amenas enseñanzas de los eximios maestros y de sus cofrades más humildes, las ideas que emanan de autores consagrados y las de otros que se apartan en cierta medida del canon, las versiones e interpretaciones diversas de textos clásicos conocidos, y el juego intelectual al que se prestan textos modernos menos conocidos.
Vingt professeurs de sept universités suisses proposent chacun une lecture du principe horatien plaire et instruire à travers une mosaïque de textes qui diffèrent par la langue, le genre et même l’alphabet. On trouvera dans cet ouvrage des articles sur les enseignements curieux et plaisants de penseurs illustres ou non, sur les idées d’auteurs consacrés et celles d’auteurs qui s’éloignent, dans une certaine mesure, de l’orthodoxie, sur les versions et interprétations diverses de textes classiques ainsi que sur le jeu intellectuel auquel peuvent se prêter des textes modernes moins connus.
Show Summary Details
Restricted access

Georges Lüdi - Enseigner/apprendre les langues étrangères : pour le plaisir, par nécessité professionnelle et/ou comme porte d’accès à la culture respective ?

Extract

| 145 →

GEORGES LÜDI

Université de Bâle

Enseigner/apprendre les langues étrangères : pour le plaisir, par nécessité professionnelle et/ou comme porte d’accès à la culture respective ?

1.

Actuellement, en automne 2014, l’enseignement/acquisition des langues étrangères fait une fois de plus l’objet de discussions souvent assez venimeuses en Suisse. Quatre questions sont au centre de ce débat : Combien de langues étrangères faut-il enseigner et lesquelles ? Dans quel ordre ? Faut-il privilégier une langue nationale ou l’anglais ? Quelle place pour l’enseignement précoce ? Mais une question fait bien plus rarement l’objet de débat : Pourquoi apprend-on des langues étrangères en Suisse ? Pour des raisons économiques, par devoir civique ou pour le plaisir? C’est cette dernière question qui va faire l’objet des brèves considérations suivantes. ← 145 | 146 → Ce faisant, nous contournerons les questions, politiquement sensibles, de la langue étrangère prioritaire et de l’enseignement précoce1.

2.

L’enquête linguadult dans le cadre du PNR 56 (Werlen sans date et 2010) portant sur les représentations sociales d’un nombre représentatif d’adultes suisses (N = 1215) avait fourni des réponses intéressantes à cette question. Les participants à l’enquête étaient des personnes ayant déjà appris une autre langue. Ils devaient se prononcer sur les raisons pour en acquérir davantage (réponses multiples possibles).

On pouvait faire l’hypothèse que les besoins langagiers au travail seraient nommés...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.