Show Less
Restricted access

Les médias immersifs informatisés

Raisons cognitives de la ré-analogisation

Marcin Sobieszczanski

Cette étude alliant l’épistémologie du vieux continent à la pragmatique américaine présente une vaste synthèse des recherches et des solutions industrielles dans l’ensemble des médias informatisés. Elle se base sur une hypothèse immersive qui postule le parallélisme entre l’évolution des médias et celle des périphériques d’ordinateurs. Ce livre réactualise l’épistémo-praxéologie cybernétique à l’aune de la neurophysiologie. Les médias sont une externalisation de l’auto-coévolution bio-culturelle où le sujet coévolue avec l’environnement issu de sa propre création. Leur progrès actuel n’est pas le perfectionnement des dispositifs mais l’élaboration de l’ergonomie sensorielle apte à produire des effets cérébraux de l’adhésion aux figures narratives et fictionnelles. Cette tendance technologique culmine dans le phénomène de ré-analogisation.
Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos

← xii | xiii → Avant-propos

Extract

Le lecteur de ce texte remarquera facilement que notre argumentation à aucun moment ne débute par l’avènement d’une technologie qui aurait pu induire chez les usagers des moyens de communication une nouvelle attitude. Cette recherche essaie de régler sa facture, à notre sens trop lourde épistémologiquement, au dispositif technique en tant que machine concrète. Nous nous attachons plutôt aux tendances anthropotechniques qui dans le domaine des médias informatisés s’incarnent dans d’innombrables appareils, prototypes, systèmes ou réseaux, en constituant ainsi un « être » qui met en résonnance différents mécanismes cognitifs du sujet humain, provoquant certains « effets » cérébraux. La somme de ces effets culmine actuellement dans une tendance généralisée que plusieurs auteurs caractérisent par le terme d’« immersion ». Il s’agit de l’immersion sensorielle qui est le but affiché d’une grande partie de l’industrie des médias et de la culture. Le pendant antinomique de l’immersion est constitué par l’inclination à l’épurement de la substance sensorielle de la communication. Cette tendance subsiste symétriquement à la première et le cerveau humain oscille librement entre les deux versants. Ce qui nous mobilise auprès de l’immersion, c’est le fait qu’en dehors d’une certaine velléité techniciste de fabriquer le monde artificiel avec plus de véracité et de complétude, les médias immersifs témoignent d’une prise de conscience particulièrement aiguë du rôle rétroactif que les médias en général jouent dans...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.