Show Less
Restricted access

Les médias immersifs informatisés

Raisons cognitives de la ré-analogisation

Marcin Sobieszczanski

Cette étude alliant l’épistémologie du vieux continent à la pragmatique américaine présente une vaste synthèse des recherches et des solutions industrielles dans l’ensemble des médias informatisés. Elle se base sur une hypothèse immersive qui postule le parallélisme entre l’évolution des médias et celle des périphériques d’ordinateurs. Ce livre réactualise l’épistémo-praxéologie cybernétique à l’aune de la neurophysiologie. Les médias sont une externalisation de l’auto-coévolution bio-culturelle où le sujet coévolue avec l’environnement issu de sa propre création. Leur progrès actuel n’est pas le perfectionnement des dispositifs mais l’élaboration de l’ergonomie sensorielle apte à produire des effets cérébraux de l’adhésion aux figures narratives et fictionnelles. Cette tendance technologique culmine dans le phénomène de ré-analogisation.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

← xviii | 1 →Introduction

Extract

du chan (zen) chinois, les élites culturelles prônent la sobriété du signifiant. Les créateurs d’objets et d’images remarquent la dissolution et la péremption obligées de chaque forme. L’anticipation de cette « entropie iconique » impose la nécessité d’une esthétique de pauvreté et de simplicité, investie ensuite de valeurs quasi-éthiques : noblesse et sérénité, voire honnêteté et sincérité. Par là-même, l’épuration de la forme de ses lourdeurs matérielles devient un exercice d’auto-perfectionnement de l’exécutant. Les calligraphes chinois et ensuite japonais travaillent ainsi l’iconicité du caractère afin de le libérer de ses origines idéographiques et de le faire verser dans la nouvelle sphère visuelle qui se donne une nouvelle chance de réinventer le langage de formes, de le faire partir de l’expérience oculaire actuelle, avec des moyens graphiques offerts par les techniques nouvelles, papier, encre, issues de la transformation sophistiquée des anciennes matières premières, le minéral et le végétal à l’état brut. Parallèlement, le Moyen-Orient établit une surabondance ornementale, le pavage spatial basé sur les unités simples et répétitives par lesquelles les architectes contrôlent les conditions spectatorielles tout en se privant, pour des raisons théologiques, de déployer les moyens narratifs fondés sur la ressemblance.

Sur le plan théorique, force est de constater que le signifiant dans le langage humain et la culture se dote tant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.