Show Less
Restricted access

Les médias immersifs informatisés

Raisons cognitives de la ré-analogisation

Marcin Sobieszczanski

Cette étude alliant l’épistémologie du vieux continent à la pragmatique américaine présente une vaste synthèse des recherches et des solutions industrielles dans l’ensemble des médias informatisés. Elle se base sur une hypothèse immersive qui postule le parallélisme entre l’évolution des médias et celle des périphériques d’ordinateurs. Ce livre réactualise l’épistémo-praxéologie cybernétique à l’aune de la neurophysiologie. Les médias sont une externalisation de l’auto-coévolution bio-culturelle où le sujet coévolue avec l’environnement issu de sa propre création. Leur progrès actuel n’est pas le perfectionnement des dispositifs mais l’élaboration de l’ergonomie sensorielle apte à produire des effets cérébraux de l’adhésion aux figures narratives et fictionnelles. Cette tendance technologique culmine dans le phénomène de ré-analogisation.
Show Summary Details
Restricted access

Partie 2 – Approche anthropologique : immersion naturelle / immersion anthropienne

Extract

Dans son acception étymologique issue du latin classique, le terme immerger, immergere, signifie s’enfoncer dans le liquide ou dans la terre. C’est également un terme à forte connotation existentielle puisqu’il se rapporte aux circonstances vitales, à des situations où le bien-être, voire la survie-même d’un individu ou d’une collectivité sont en jeu. Souvent associée à l’idée d’illusion, l’immersion s’en détache par son caractère éminemment causal. Ce type de vocable a un fort potentiel de création des usages métaphoriques et ce sont justement ces usages détournés qui constituent à présent le réservoir de significations le plus intéressant, couvrant les situations, les phénomènes et les dispositifs qui ont une position centrale dans notre culture120. Quand on regarde rapidement les usages courants du mot, on voit bien qu’à côté de l’inhumation de Ben Laden par immersion, nous avons l’immersion linguistique, nous avons l’état consistant à être environné par le son, ou bien être absorbé dans l’écoute d’une musique, ou encore le fait de nager dans le bonheur, etc. Ce terme « dessert » alors aussi bien l’état de se tenir passivement ou activement dans un milieu naturel que la condition d’être au contact sensoriel avec les éléments du milieu anthropien. Dans les deux versants du concept, le milieu offre à l’agent cognitif une entité sensorielle, recelant une certaine cohérence dont il faudra d’ailleurs définir la teneur. Une autre spécificité sémantique distingue cette entité. Bien qu’on n’ait...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.