Show Less
Restricted access

Voir l’habit

Discours et images du vêtement du Moyen Âge au XVII e siècle

Series:

Edited By Danièle Duport and Pascale Mounier

Les écrivains et les artistes du Moyen Âge et de l’âge moderne font souvent référence à la manière de se vêtir. Ils envisagent le vêtement du point de vue de son apparence – comme objet référentiel – ou comme un signe vers autre chose – vers un second élément, concret ou abstrait.
Le présent volume propose une série d’enquêtes sur la poétique du vêtement élaborée du XIII e siècle au XVII e siècle, issues d’un colloque organisé à Caen en mars 2014. Il analyse la représentation de l’ensemble de la tenue, c’est-à-dire du vêtement en soi, des attributs et des accessoires qui fonctionnent métonymiquement avec lui, à partir du double discours tenu : celui sur « l’habit » – nous dirions aujourd’hui plutôt « les habits » – et celui de l’habit. Il montre que le plus souvent les deux types de visions se croisent dans les textes et dans les images produits. La variété des angles d’attaque des analyses rassemblées permet le repérage d’éléments de convergence entre les deux grands genres de représentation envisagés – verbal et plastique – ainsi que l’appréciation de la spécificité de chacun d’eux.
Show Summary Details
Restricted access

La femme voilée dans la comédie du XVIIe siècle (Espagne et France) : de l’occultation de soi à l’éveil du désir masculin

Extract

← 214 | 215 → CATHERINE DUMAS

Université de Lille 3

La femme voilée dans la comédie du XVIIe siècle (Espagne et France) : de l’occultation de soi à l’éveil du désir masculin

Dans le théâtre espagnol du Siècle d’Or, le voile féminin apparaît essentiellement dans des œuvres à caractère comique (comedias cómicas). Destiné à couvrir le visage, il est l’instrument majeur d’un mystère d’identité et se trouve au cœur de mystifications menées par des jeunes femmes entreprenantes, qui s’affirment comme les maîtresses du jeu amoureux. Certaines de ces comedias ont été adaptées pour la scène française dans les années 1640-1660, à l’heure où les comédies imitées de l’Espagne sont en pleine vogue.

Nous nous proposons d’aborder la manière dont le voile féminin intervient en tant qu’élément clé de l’intrigue dans trois comedias cómicas et leurs adaptations françaises : La dama duende de Calderón (jouée en 1629, publiée en 1636), dont l’adaptation par d’Ouville sous le titre L’Esprit follet (comédie représentée en 1639 et publiée en 1642) marque le coup d’envoi de la comédie à l’espagnole en France ; Amar sin saber a quién de Lope de Vega (jouée vers 1620-1622 et publiée en 1630), dont l’intrigue a été reprise par Pierre Corneille dans La Suite du Menteur (comédie jouée en 1644 et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.