Show Less
Restricted access

Mariage et métissage dans les sociétés coloniales - Marriage and misgeneration in colonial societies

Amériques, Afrique et Iles de l’Océan Indien (XVI e –XX e siècles) - Americas, Africa and islands of the Indian ocean (XVI th –XX th centuries)

Series:

Edited By Guy Brunet

La conquête de vastes empires coloniaux par les puissances européennes, suivie par des mouvements migratoires d’ampleur variable selon les territoires et les époques, a donné naissance à de nouvelles sociétés. Les principaux groupes humains, indigènes, sous différentes appellations, colons d’origine européenne et leurs descendants, et parfois esclaves arrachés au continent africain, se sont mélangés parfois rapidement et avec une forte intensité, parfois plus tardivement ou marginalement. Les unions, officialisées par des mariages ou restées consensuelles, provoqué l’apparition de nouvelles générations métisses et ainsi qu’un phénomène de créolisation. L’effectif de chacun de ces groupes humains, et l’existence éventuelle de barrières entre eux, ont produit des degrés de métissage très divers que les administrateurs des sociétés coloniales ont tenté de classifier. Les seize textes réunis dans cet ouvrage abordent la manière dont les populations se sont mélangées, ainsi que la position des métis dans les nouvelles sociétés. Ces questions sont abordées dans une perspective de long terme, du XVI e au XX e siècle, et à propos de nombreux territoires, du Canada à la Bolivie, des Antilles à Madagascar, de l’Algérie à l’Angola.
The conquest of large colonial empires by European powers, followed by migratory flows, more or less important depending on places and periods, gave birth to new societies. The most important human groups, indigenous, European born settlers and their descendants, and sometimes slaves snatched from the African continent, mixed, more or less early, more or less intensely. Unions, legally registered or not, and misgeneration lead to the appearance of mixed-blood generations and to a process of creolisation. The numerical strength of these human groups, and the existence of barriers between them, produced various degrees of misgeneration that the authorities of the colonial societies tried to identify and to classify. The sixteen texts gathered in this book study the way that these populations got mixed, and the place of mixed-blood people in the new societies. These issues are tackled in a long-term perspective, about various territories, from Canada to Bolivia, from the French West Indies to Madagascar, from Algeria to Angola.
Show Summary Details
Restricted access

Les populations française et amérindienne de la vallée laurentienne avant 1700

Sources d’information

Extract



Hubert CHARBONNEAU Université de Montréal

Quand Jacques Cartier découvre officiellement le Canada au nom du roi de France, il n’y a pas plus de 20 à 25 000 Amérindiens sur le territoire correspondant au Québec actuel, y compris les Inuits (Charbonneau, 1984, 6). D’autres avant lui ont fréquenté les bancs de Terre-Neuve et le golfe Saint-Laurent, mais c’est lui qui dicte alors la toponymie. Depuis l’époque des Vikings, les pêcheurs de la mer du Nord, les Normands, les Bretons, les Basques, considèrent ces régions comme une vraie chasse gardée et c’est pourquoi des marchands de Saint-Malo font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher Cartier de donner suite aux ordres de François 1er au printemps de 1534 (Bideaux, 1986, 14). Ainsi, dès le départ, les forces commerciales s’opposent à l’exploration et, subséquemment, au peuplement du futur Canada : l’entrave est symbolique, car il en sera de même par la suite.

Cartier n’ayant trouvé ni pierres précieuses ni le fameux passage vers l’Extrême-Orient, la France se désintéresse de ses nouvelles possessions nord-américaines. Le peuplement n’est nullement à l’ordre du jour ainsi qu’on peut le constater à travers l’imposante œuvre écrite de Samuel Champlain, lequel doit lutter constamment contre les entreprises commerciales pour installer une colonie durable au début du XVIIe siècle. Quand la Compagnie des Cent-Associés, une création de Richelieu, hérite de la colonie en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.