Show Less
Restricted access

Entre conventions collectives et salaire minimum

Syndicats, patronat et conventions collectives en Allemagne de 1992 à 2008

Series:

Christine Aquatias

En 1949, l’Allemagne remet en place un système de conventions collectives destiné à déterminer les salaires et les conditions de travail au plus près des branches de l’activité économique. Dans ce système, les partenaires sociaux jouissent d’une réelle autonomie décisionnelle face à l’Etat. Or, en 1992, les critiques à l’encontre du système conventionnel commencent à s’amplifier. Au tournant des années 2000, la revendication en faveur de l’introduction par l’Etat d’un salaire minimum intersectoriel émerge même sur la scène publique.
Comment en arrive-t-on à remettre en cause un système aussi emblématique du modèle économique allemand ? Quelles transformations sont à l’œuvre et quels en sont les acteurs ? Face à ces transformations, quelles positions et quelles stratégies les partenaires sociaux adoptent-ils ? Pour répondre à ces questions, l’ouvrage analyse les publications de deux instituts de recherche, l’un proche du patronat, l’autre proche des syndicats, entre 1992 et 2008. Il permet ainsi d’accéder à une meilleure compréhension, nourrie d’approches divergentes mais parfois complémentaires, d’un phénomène complexe.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1. Maastricht et l’intégration européenne

Extract

Dans les chapitres précédents, l’occasion s’est présentée à plusieurs reprises de montrer que l’histoire économique et politique de l’Allemagne n’est pas dissociable de l’histoire de l’Europe. Déjà au début des années 1950, les premiers pas de la construction européenne sont concomitants de la mise en place de la législation concernant l’entreprise et le travail. Pour les acteurs politiques et sociaux d’Allemagne de l’Ouest, les deux négociations sont alors étroitement imbriquées.1 En 1992, la signature du traité de Maastricht marque une étape décisive de la construction européenne. Les nouvelles conditions de concurrence et de libre circulation en Europe ont, on l’a vu, un impact sur l’évolution du système tarifaire allemand. Soit que le gouvernement se voit forcé d’intervenir en tant que garant du bon fonctionnement du système : c’est ainsi que la loi AEntG est introduite en réponse à l’afflux d’entreprises européennes du bâtiment enlevant des marchés sur le sol allemand grâce à des salaires beaucoup plus bas que ceux versés par les entreprises allemandes du même secteur. Soit que les instances européennes, par leurs recommandations et/ou leurs dispositions législatives, modifient le fonctionnement traditionnel du système : le Pacte pour l’emploi, lieu d’une concertation tripartite assez étrangère au système tarifaire, est une version des pactes sociaux largement encouragés par la Commission dans l’optique de la réalisation des critères de convergence. Dans le secteur public, la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.