Show Less
Restricted access

Une figure de l’expansion

La périphrase chez Charles Baudelaire

Series:

Federica Locatelli

L’enjeu de cet essai est d’entrer dans la poétique de Baudelaire par la voie du langage, spécifiquement par l’analyse d’une figure rhétorique dont la fréquence témoigne d’une nouvelle attitude poétique : la périphrase. Célébrée en tant que source du sublime par Aristote et Longin, mais successivement délaissée, au fil des siècles, en tant qu’instrument anodin de l’ornatus, la figure assume une dignité nouvelle sous la plume de Baudelaire : figure d’expansion par excellence – lexicale, syntaxique et sémantique – la périphrase est exploitée en tant qu’outil propice à l’extension des confins de la poésie, au niveau de forme comme du contenu.
La fréquence et la pertinence de la périphrase chez Baudelaire donnent à voir l’essence de la quête littéraire moderne, à savoir l’aporétique recherche de l’Inconnu. Intimement liée au faire (poïein) poétique, elle conduit à nous interroger sur le sens du langage, ou plutôt sur la question du sens que le geste artistique laisse en suspens. Comme l’écrit Michel Deguy, en introduisant notre parcours par une préface, « la poésie (la périphrase) nomme, appelle périphrastiquement l’Inconnu. Elle y plonge, dit Baudelaire ».
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



L’obscurité qu’on lui [à la Poésie] reproche ne tient pas à sa nature propre, qui est d’éclairer, mais à la nuit même qu’elle explore, et qu’elle se doit d’explorer : celle de l’âme elle-même et du mystère où baigne l’être humain. Saint John Perse Allocution au Banquet Nobel

L’étude du fonctionnement d’une figure de style dans un ouvrage littéraire peut faire songer à un travail de dissection sous microscope, d’analyse et de classement schématiques qui n’offrirait rien de nouveau quant au message poétique dont le recueil se fait porteur. Cependant, s’il est vrai que l’expression poétique se fait avant tout par les mots et par leur agencement, les figures de rhétorique devraient être étudiées dans leur contexte d’emploi et considérées comme des structures coopérant au bâtissement de l’architecture du sens. La démarche critique pourrait être ainsi accomplie avec le bénéfice d’un effet de retour.

Dès lors, la question est de savoir quelles figures, à l’intérieur des paramètres d’une esthétique donnée, émergent de l’ensemble des formes potentielles offertes par la langue pour assumer pleinement le rôle d’‘exigences poétiques’. Dans ce cas spécifique, nous avons réfléchi sur la ‘crise linguistique’ qui s’est ouverte au XIXe siècle, détruisant la vision ontologique de l’instrument expressif ; une crise de la littérature aussi, «[...] exquise et fondamentale»431, comme l’a définie...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.