Show Less
Restricted access

Mobilités et imaginaire identitaire des Roumains dans l’Europe d’après 1989

Carnets de bord et ethnographie des pratiques de voyage en autocar

Series:

Edited By Monica Salvan

L’autocar est un mode de transport méconnu des discours sur la mondialisation qui concentre les vécus d’une Europe en construction, ceux des laissés pour compte des mutations géopolitiques ou de ceux qui sont en quête d’un futur que leur pays ne leur promet pas. L’auteure dresse le portrait de ces existences mobiles entrevues dans des voyages entre la Roumanie et la France, en conjuguant une écriture en profondeur et la rigueur d’une observation méthodique et empathique qui s’appuie sur ses carnets de bord. Le résultat est à la hauteur d’une recherche ethnographique novatrice identifiant des pratiques de mobilité inédites, prolongée par des entretiens qui affinent les premiers échanges nés du hasard. A la vitesse bridée du cheminement de l’autocar, on découvre, dans ce va-et-vient entre sociétés, l’économie des dynamiques identitaires telle qu’elle fonctionne au fil des générations migrantes, les logiques qui animent les oppositions entre « Occident » et marges de « l’Orient », espaces réinventés certes après la Chute du Mur mais dont le jeu subtil des décloisonnements identitaires se dévoile progressivement sous la loupe des imaginaires et des appartenances plurielles.
Show Summary Details
Restricted access

Solidarités féminines dans la migration

Extract

Dans une société qui attache beaucoup d’importance à la solidarité entre parents et enfants adultes (Mureşan, 2009), la migration ne manque pas d’influencer les relations entre générations177. Nous nous arrêtons dans ce chapitre sur la façon dont l’intermittence et la discontinuité du lien intergénérationnel sont incorporées dans le quotidien des parents des migrants : quelle « négociation » du sens, individuelle et collective, se met en place pour apprivoiser l’éloignement des proches et les transformations relationnelles que cela implique ?

Les évolutions géopolitiques (la disparition du rideau de fer en 1989) et les progrès technologiques permettent aux parents de migrants de garder le contact avec leurs enfants, voire de les suivre dans l’aventure de la mobilité. Le choix de la mobilité transnationale, assez répandu chez les jeunes entre 20 et 40 ans, ne relègue plus automatiquement les générations dans deux mondes parallèles. La menace de la rupture est cependant bien là, et elle serait même inévitable à long terme :

L’épreuve la plus difficile est sans doute dans le ratage de la transmission, parachevant la discontinuité familiale dans tous les domaines, avec l’oubli de la langue, de la culture, l’effacement de la mémoire… La chaîne des générations est rompue, quand bien même demeurent des liens affectifs forts et une solidarité étroite. (Attias-Donfut et Wolff, 2009, p. 9)

Nous nous intéressons à quelques manières d’envisager...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.