Show Less
Restricted access

L’émergence des ONG en Chine

Le changement du rôle de l’Etat-Parti

Paolo Urio and Yuan Ying

Depuis le début des réformes en 1978, l’Etat-Parti chinois a diminué son emprise sur la société et a accordé aux organisations non-gouvernementales (ONG) un nouvel espace de liberté. Mais, en même temps, il a limité leur marge de manœuvre de façon significative. Quelles sont les raisons qui expliquent cette stratégie apparemment contradictoire ? Pour répondre à cette question cette recherche a été fondée sur l’hypothèse suivante : d’une part les ONG sont nécessaires pour remplir le vide laissé par l’Etat dans le social, mais d’autre part elles représentent une menace pour le pouvoir du Parti.
Cette recherche se base sur l’observation participante, des entretiens avec les fondateurs et le personnel d’ONG chinoises et étrangères, des représentants de la société civile, des autorités publiques et des universitaires spécialistes du domaine, ainsi que sur des sources secondaires.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5 : Le financement des ONG chinoises par le gouvernement chinois

Extract

Etant donné que les ressources financières sont l’un des éléments essentiels pour le développement des ONG, nous avons prêté un intérêt particulier aux relations que les ONG chinoises entretiennent avec le gouvernement chinois pour ce qui concerne leur financement.

Avant d’entrer dans les détails, regardons d’abord quelles sont les différentes sources de financement des ONG chinoises. Dans ce paragraphe nous nous référons aux données de Jia Xijing, chercheuse du centre de recherche sur les ONG de l’Université de Tsinghua, présentées dans le tableau 5-1 sous forme de moyennes calculés sur l’ensemble des données récoltées par Jia Xijing.

Tableau 5-1 : La structure du financement des organisations chinoises sans but lucratif (état en 1998).

Source: Jia Xijing, Disanci gaige: zhongguo feiyinli bumeng zhanlue yanjiu (La 3ème réforme : recherche stratégique sur le secteur sans but lucratif chinois), Beijing University Press, Beijing, 2005, p. 109.

D’une façon générale, nous voyons que les ONG chinoises ont deux principales sources de financement. Tout d’abord l’Etat, avec 49,97% sous forme d’allocations et de subsides et 3,58% sous forme de fonds pour des projets. Deuxièmement, les cotisations (21,18%) et les dons provenant des membres (1,98%) ou des entreprises (5,63%). Cependant, ce deuxième type de financement a un rôle nettement moins élevé pour expliquer le contrôle de l’Etat sur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.