Show Less
Restricted access

L’émergence des ONG en Chine

Le changement du rôle de l’Etat-Parti

Paolo Urio and Yuan Ying

Depuis le début des réformes en 1978, l’Etat-Parti chinois a diminué son emprise sur la société et a accordé aux organisations non-gouvernementales (ONG) un nouvel espace de liberté. Mais, en même temps, il a limité leur marge de manœuvre de façon significative. Quelles sont les raisons qui expliquent cette stratégie apparemment contradictoire ? Pour répondre à cette question cette recherche a été fondée sur l’hypothèse suivante : d’une part les ONG sont nécessaires pour remplir le vide laissé par l’Etat dans le social, mais d’autre part elles représentent une menace pour le pouvoir du Parti.
Cette recherche se base sur l’observation participante, des entretiens avec les fondateurs et le personnel d’ONG chinoises et étrangères, des représentants de la société civile, des autorités publiques et des universitaires spécialistes du domaine, ainsi que sur des sources secondaires.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 6 : Le financement des ONG chinoises par les bailleurs de fonds internationaux

Extract

L’instauration et le développement d’un régime démocratique en Chine est un sujet qui attire beaucoup l’attention des organisations et des ONG internationales. Il représente souvent une des raisons principales, même si elle n’est pas ouvertement déclarée, qui explique leur présence en Chine. En effet, il est rare que ces organisations abordent le thème de la démocratie lorsqu’elles décrivent les activités qu’elles comptent développer à l’intérieur de la Chine. Il est évident que pour les autorités chinoises la démocratie, lorsqu’elle est présentée sous la forme de la « démocratie libérale », est un sujet très sensible à tel point qu’elles peuvent le considérer comme une menace pour la légitimité du pouvoir du PCC. En effet, c’est bien à la « démocratie libérale » que la plupart des ONG étrangères se réfèrent explicitement ou implicitement. Or, la démocratie libérale implique entre autres un système pluraliste de partis, la séparation des pouvoirs, ainsi qu’une très large liberté d’expression et d’association, caractéristiques que l’on ne retrouve pas dans le système politique chinois. De plus, lorsque la liberté dans la sphère économique est considérée, selon la célèbre formulation de Milton Friedman, comme la condition sine qua non garantissant la liberté dans la sphère politique, on peut comprendre la très grande méfiance des autorités de Pékin à l’égard...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.