Show Less
Restricted access

« Tout le talent d'écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots »

Mélanges d'études pour Giuseppe Bernardelli

Edited By Enrica Galazzi, Marisa Verna and Maria Teresa Zanola

Depuis les années 1960, maintes générations d’étudiant(e)s et de nombreux collègues ont pu apprécier les qualités humaines et scientifiques de Giuseppe Bernardelli. Ce volume d’hommage se propose comme une preuve d’un dialogue toujours vivant, sur les deux côtés de la littérature et de la linguistique, autour de cette passion pour « les mots », manifestée par l’enseignement et par les études que Bernardelli a toujours menées avec finesse et acribie. D’où le titre de ces mélanges : « Tout le talent d’écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots » (Gustave Flaubert, À Louise Colet, 22 juillet 1852)
Show Summary Details
Restricted access

‘Sonner, ou ne pas sonner du cor?’ Fonction et signification d’un thème épique de la ‘Chanson de Roland’

Extract



Âmes des chevaliers, revenez-vous encor ?Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor ?Roncevaux ! Roncevaux ! dans ta sombre valléeL’ombre du grand Roland n’est donc pas consolée ?(Alfred de Vigny, Le Cor, 1825, vv. 25-28)

La Chanson de Roland provoque inévitablement des débats. Le dilemme de Roland possède des connotations dignes de la figure de Hamlet : et le rapprochement avec le prince du Danemark n’est pas sans intérêt. D’après les données de la légende de ce prince, telle que les Gesta Danorum (vers 1200) de Saxo Grammaticus relatent, Amleth, une fois qu’il est devenu roi de son pays, se voit contester la légitimité de son pouvoir par un voisin, le roi de Lejre. À l’approche de la bataille, Amleth se demande s’il doit accepter la lutte ou bien rechercher la paix. C’est le souci de sauvegarder son honneur et sa renommée qui le pousse finalement à combattre, même si la bataille est fatale pour lui (IV, II, 2)1. Roland agit pour les mêmes raisons, mais à côté de la sauvegarde de son honneur, on trouve aussi la volonté de défendre l’honneur de sa famille, de son ‘lignage’, et de la France. ← 97 | 98 →

1.La décision de Roland et l’attitude de la critique

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.