Show Less
Restricted access

Les professionnels et leurs formations

Entre développement des sujets et projets des institutions

Series:

Edited By Richard Wittorski, Olivier Maulini and Maryvonne Sorel

Le titre de ce livre traduit l’intention des auteurs d’étudier la professionnalisation du point de vue double du développement des personnes et de l’organisation sociale de leurs activités. Il s’agit donc de s’intéresser à la fois à la manière dont un individu singulier devient professionnel au fil des apprentissages qu’il développe dans son itinéraire de vie et professionnel et à la manière dont l’activité qu’il déploie fait l’objet d’une formalisation, d’une reconnaissance voire d’une codification sociales. La question est donc moins celle des professions que celles des dynamiques sociales associées aux phénomènes de professionnalisation des individus et des activités ; celles-ci diffèrent sensiblement selon qu’elles sont portées par les organisations à l’adresse des individus ou qu’elles sont portées par les individus eux-mêmes. L’hypothèse est qu’il existerait de fait une tension entre l’offre ou l’exigence de professionnalisation dans et par les dispositifs proposés par les institutions d’une part et les individus dans leur logique ou leur projet de développement professionnel d’autre part.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5: La professionnalisation de la «surveillance humaine»: Antonio Arroyo

Extract

Antonio Arroyo

Notre recherche est consacrée à la professionnalisation des agents du secteur privé de sécurité fournissant des services ayant pour objet: la surveillance humaine, la surveillance par des systèmes électroniques de sécurité, le gardiennage de biens meubles ou immeubles, ainsi que la sécurité des personnes se trouvant dans ces immeubles.

L’émergence de nouveaux risques et les exigences citoyennes en matière de sécurité ont transformé les approches de la prévention et de la gestion des risques au cours de ces dernières années. Ces questions vives ne concernent pas seulement la prévention de la délinquance, mais également la qualité de vie et le bien-être social, ou l’apaisement du sentiment d’insécurité.

L’état détenteur de la violence légitime (Weber, 1919/1963), et garant des libertés publiques, ne peut plus assurer seul la sécurité collective pour des raisons budgétaires et se désengage peu à peu de certaines de ces fonctions régaliennes, tout en essayant d’apporter une meilleure réponse à la prévention de la délinquance. D’autres acteurs viennent alors compléter l’action de la puissance publique en exerçant une surveillance humaine contractualisée sur divers territoires. L’état et le marché construisent ainsi progressivement, au fil des gouvernements et des aléas économiques et culturels, la dynamique de professionnalisation. L’état s’engage ainsi dans une relation de satisfaction du citoyen à travers ses politiques publiques de s...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.