Show Less
Restricted access

Sujet, fidèle, citoyen

Espace européen (XIe-XXIe siècles)

Series:

Edited By Dominique Avon

La recherche de l’objectivation du « sujet » à travers le temps et l’espace emprunte ici un chemin inédit. Tenant compte des travaux de philosophes comme Michel Foucault, Jürgen Habermas ou John Rawls, le travail collectif réalisé dans cet ouvrage vise à saisir la problématique de la dialectique du politique et du religieux, sans la focaliser sur la question du pouvoir ou de l’Etat. La particularité des expériences européennes au cours du millénaire écoulé y est soulignée : il y a eu une manière nouvelle de placer l’être humain au centre d’un corps social en le dotant de droits et de devoirs à titre personnel. Mais elle est doublement relativisée : d’une part parce que ses fondements ne peuvent être détachés de son environnement méditerranéen – les sujets-fidèles de la Chrétienté médiévale n’ont pas vécu dans l’ignorance de l’expérience des sujets-fidèles de l’Islam ou des communautés juives – ; d’autre part parce que la reconnaissance du « citoyen » et la possibilité de ne plus être « fidèle » d’une religion donnée n’a pas obéi à un mouvement linéaire conduisant le « sujet » d’un état d’hétéronomie à un état d’autonomie. C’est en tenant compte de cette complexité du passé qu’il devient possible de mieux négocier les défis du présent.
Show Summary Details
Restricted access

La citoyenneté européenne en question : de la méconnaissance des droits à la reconnaissance des principes constitutifs: Arnauld Leclerc

Extract

Arnauld LECLERC, Université de Nantes

La citoyenneté européenne en question : de la méconnaissance des droits à la reconnaissance des principes constitutifs

Analysée par la science politique, la citoyenneté européenne apparaît comme un monstre. C’est ce que souligna Sylvie Strudel en dressant un état de la recherche sur cette notion dès 2008. En effet, selon elle, la littérature scientifique provenant de la science politique montrait la citoyenneté européenne sous les traits d’un être aux formes disproportionnées avec un cerveau atteint d’éléphantiasis, un tronc obèse et des membres rachitiques1. Le cerveau éléphantesque fait référence à l’hypertrophie des préoccupations théoriques sur ce terrain. Le tronc obèse renvoie à la surabondance de recherches de nature institutionnelle menées autant par le droit que la science politique. Les membres rachitiques soulignent, au contraire, la faiblesse des analyses empiriques sur la manière dont est vécue cette citoyenneté. La citoyenneté européenne fait donc au mieux peine à regarder, au pire inspire la peur lorsqu’elle est lue à partir du prisme de la science politique. Ce jugement sévère n’est pas le premier. Dans son Gouverner l’Europe, Fritz Scharpf soulignait déjà son scepticisme à l’égard du thème de la citoyenneté européenne et de la démarche de construction d’une légitimité de l’Europe par les inputs qui « ne peut combler, en effet, le triple déficit que constituent l’absence d’un sentiment d’identité collective, l’absence...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.