Show Less
Restricted access

Sujet, fidèle, citoyen

Espace européen (XIe-XXIe siècles)

Series:

Edited By Dominique Avon

La recherche de l’objectivation du « sujet » à travers le temps et l’espace emprunte ici un chemin inédit. Tenant compte des travaux de philosophes comme Michel Foucault, Jürgen Habermas ou John Rawls, le travail collectif réalisé dans cet ouvrage vise à saisir la problématique de la dialectique du politique et du religieux, sans la focaliser sur la question du pouvoir ou de l’Etat. La particularité des expériences européennes au cours du millénaire écoulé y est soulignée : il y a eu une manière nouvelle de placer l’être humain au centre d’un corps social en le dotant de droits et de devoirs à titre personnel. Mais elle est doublement relativisée : d’une part parce que ses fondements ne peuvent être détachés de son environnement méditerranéen – les sujets-fidèles de la Chrétienté médiévale n’ont pas vécu dans l’ignorance de l’expérience des sujets-fidèles de l’Islam ou des communautés juives – ; d’autre part parce que la reconnaissance du « citoyen » et la possibilité de ne plus être « fidèle » d’une religion donnée n’a pas obéi à un mouvement linéaire conduisant le « sujet » d’un état d’hétéronomie à un état d’autonomie. C’est en tenant compte de cette complexité du passé qu’il devient possible de mieux négocier les défis du présent.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Une phase de formation d’Etats-nations, globalement achevée au début des années 1960 dans un monde marqué par la bipolarisation entre deux « blocs », a conduit à valoriser des éléments de culture antérieurs aux colonisations dans des sociétés nouvellement indépendantes. De manière concomitante, l’espace politique européen a pris forme inédite par le biais d’institutions supranationales et la définition de socles de valeurs communes dans des déclarations, traités ou chartes. Un demi-siècle plus tard, les phénomènes migratoires, la multiplication des échanges, la diffusion immédiate et permanente d’informations en tout point du globe, les tensions entre structures étatiques et infra/supra étatiques invitent à repenser le caractère figé des phénomènes ou imperméable des groupes communautaires. Les débats sur les identités, sur les projets de société et ceux sur la place du religieux dans la cité sont convergents, par-delà les frontières. A rebours des interprétations exclusivement culturalistes, il importe de reconnaître que ce mouvement s’inscrit dans un temps long et un espace large et qu’il s’est appuyé sur des « centres » mobiles.

La compétence des membres du réseau DCIE (« Dynamiques citoyennes »), le travail entrepris au cours de plus de trois années (2010-2013) au sein de deux axes (citoyennetés et identités ; laïcité et religions), la confrontation des résultats avec des partenaires français et étrangers, dans le cadre de colloques, conf...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.