Show Less
Restricted access

L’autre visage du supportérisme

Autorégulations, mobilisations collectives et mouvements sociaux

Series:

Thomas Busset, Roger Besson and Christophe Jaccoud

Fruit d’un colloque scientifique organisé en septembre 2012 à l’Université de Neuchâtel, le présent ouvrage aborde la question du supportérisme de football sous des angles encore peu explorés. Il porte sur les modes d’organisation des supporters et leur capacité à juguler les manifestations extrémistes ou à défendre des intérêts communs vis-à-vis des clubs, des fédérations et des instances publiques. Les contributions, qui concernent des contextes géographiques différents (Argentine, Belgique, Croatie, Egypte, France, Roumanie et Suisse), amorcent une réflexion plus générale sur la constitution de réseaux d’acteurs nationaux et internationaux, et sur les dynamiques à l’œuvre dans les stades. En effet, le supportérisme change de visage. Aujourd’hui, les supporters ne se contentent plus de soutenir leur équipe favorite, mais ils formulent aussi des revendications sur des objets qui les concernent directement (aménagement des stades, législations spécifiques, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

Les ultras français forment-ils un mouvement social?: Nicolas Hourcade

Extract

Les ultras français forment-ils un mouvement social?

Nicolas HOURCADE

Depuis une dizaine d’années, plusieurs actions collectives ont rassemblé des groupes de supporters de football français se définissant comme ultras, afin de défendre des intérêts partagés, indépendamment de l’équipe soutenue. Des groupes ultras de toute la France ont participé à des réunions communes, organisé des grèves simultanées, des encouragements, scandé les mêmes slogans, brandi des banderoles similaires, battu le pavé lors de manifestations de rue, produit des textes présentant leurs revendications, débattu avec les autorités… Prenant acte de ces mobilisations, cet article se demande si les ultras français forment, à l’échelle nationale, un mouvement social. L’objectif n’est pas d’établir si les ultras français méritent le label de mouvement social, d’autant qu’une telle catégorisation est un enjeu de débats entre acteurs sociaux. Il s’agit plutôt de voir en quoi une analyse des actions nationales des ultras en termes de mouvement social permet de mieux les saisir.

La notion de mouvement social est entendue ici dans le sens du paradigme de la contentious politics (Fillieule et al. 2010, Neveu 1996), qui prend notamment en compte les ressources que les groupes mobilisent pour se structurer et défendre leurs intérêts ou leur cause face aux pouvoirs. Dans cette perspective, un mouvement social consiste en une action collective concertée, exprimant des revendications dans...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.