Show Less
Open access

Rhétorique et cognition - Rhetoric and Cognition

Perspectives théoriques et stratégies persuasives - Theoretical Perspectives and Persuasive Strategies

Series:

Edited By Thierry Herman and Steve Oswald

Ce volume met l’accent sur le lien entre démarches cognitives et art du discours qui a toujours été un des enjeux de la rhétorique. Sans ajouter une nouvelle couche à l’examen critique des sophismes, les contributions de cet ouvrage n’ont pas pour but de dénoncer les effets de certains schèmes argumentatifs que d’aucuns jugeraient fallacieux, mais d’étudier leur fonctionnement et leurs effets cognitifs hic et nunc. Quels sont les mécanismes qui expliquent la « performance » des arguments réputés fallacieux ? Comment fonctionnent les stratégies rhétoriques à l’intersection entre cognition, sciences du langage et société ?

This volume gathers contributions from two disciplines which have much to gain from one another – rhetoric and cognitive science – as they both have much to say in the broad realm of argumentation studies. This collection neither condemns the fallacious effects of specific argument schemes nor adds yet another layer to fallacy criticism, but studies how argumentation and fallacies work, hic et nunc. What are the linguistic and cognitive mechanisms behind the «performance » of fallacious arguments? How do rhetorical strategies work at the interface of cognition, language science and society?
Show Summary Details
Open access

Vers une naturalisation de la rhétorique? Problèmes épistémologiques: Emmanuelle Danblon

Vers une naturalisation de la rhétorique? Problèmes épistémologiques

Emmanuelle DANBLON, Université Libre de Bruxelles

1.Introduction

Ce chapitre a l’ambition de défendre un projet de naturalisation de l’activité rhétorique en cherchant à surmonter deux écueils que cette démarche doit veiller à éviter:

Le réductionnisme (naturaliser, c’est réduire au biologique)

Le post-modernisme (naturaliser, c’est sortir de sa discipline et utiliser des concepts que l’on ne maîtrise pas ou, pire, que l’on utilise de façon métaphorique)

Pour illustrer ces deux dangers, j’aborderai de façon critique les points de vue respectifs de Dan Sperber et de Jacques Lacan. Il s’agit d’une manière d’incarner deux tendances épistémologiques représentatives de courants disciplinaires. Les deux auteurs choisis ne doivent néanmoins pas être réduits à la description qui en est donnée dans les lignes qui suivent.

Je tenterai ensuite de répondre à ces deux critiques qu’il faut prendre au sérieux. Tout d’abord, l’attention portée à l’ancrage biologique ne nous condamne pas à nous contenter de ce seul niveau de description, bien au contraire. Ensuite, le projet de naturalisation de la rhétorique nous engage à une réflexion épistémologique sur le statut de la rhétorique comme discipline, mais aussi sur la question du découpage disciplinaire. La rhétorique est-elle une pratique, un art, une science ou une philosophie? Plus largement, quelle discipline est-elle en charge d’étudier les phénomènes rhétoriques? La philosophie? La linguistique? La psychologie ou les neurosciences? Plus largement encore, se définit-elle par son objet? (Le discours public), par sa méthode? (L’analyse des discours) ou par un problème? (Quelles sont les conditions de l’efficacité de la persuasion?). ← 111 | 112 →

Cette série de questions me conduira à un développement spécifique sur le statut de la raison pratique au sein de la culture de l’artisanat dans laquelle est née la rhétorique. Je terminerai mon propos par une description de la persuasion dans le cadre de la réflexion générale que j’aurai menée.

Mon principal argument est que cette description de la rhétorique engage à un élargissement du concept de rationalité qui doit tenir compte davantage de la dimension pratique de l’intelligence humaine. Pour ce faire, je m’aiderai de certaines avancées des sciences cognitives, en les reliant à la description aristotélicienne, elle aussi naturaliste. Enfin, je plaiderai pour une pratique sérieuse de l’interdisciplinarité qui offre, à mes yeux, une voie nécessaire au développement humaniste de la recherche en sciences de l’homme.1 En somme, cette habitude de penser l’homme dans toutes ses dimensions, laquelle exige du chercheur une démarche interdisciplinaire par défaut a tellement perdu de sa pratique qu’elle empêche parfois le chercheur de penser ensemble des phénomènes pourtant solidaires, mais désormais réputés relever de disciplines différentes. Je tenterai dans cette perspective de défendre l’idée qu’un retour à Aristote nous permet de nous réconcilier avec un homme complet dont la pratique rhétorique témoigne empiriquement que celle-ci relève de toutes les disciplines.2 ← 112 | 113 →

2.Le risque des «impostures intellectuelles»

Le problème qui m’intéresse peut s’introduire rapidement en rappelant le fameux canular dû à Alan Sokal. En 1996, ce physicien américain envoie à la revue postmoderne Social Text un article qui parodie le style de certains intellectuels «encore» en vogue à l’époque. En particulier, l’article de Sokal utilise à foison le langage physico-mathématique pour «formaliser» des concepts de sciences humaines. Une fois l’article accepté dans la prestigieuse revue, le canular est dévoilé et le scandale éclate. Les intellectuels incriminés réagissent, la polémique s’emballe.

En première analyse, il s’avère intéressant de dresser une liste succincte des critiques que s’adressent les deux camps.

Au post-modernisme, on reproche principalement trois choses. Tout d’abord, l’usage immodéré et revendiqué de la métaphore (réputée floue) pour dénoter des phénomènes complexes de la réalité sociale. Ensuite, une sortie intempestive de l’enceinte disciplinaire jugée légère et inadéquate selon les canons de la science moderne. Finalement, une imposture généralisée qui prétend ériger le flou en critère de complexité et indice puissant d’intérêt intellectuel.

Dans l’autre camp,3 on reproche au réductionnisme son matérialisme dépassé, sa naïveté face à la complexité du réel, son étroitesse d’esprit et finalement, reproche peut-être le plus fondé, le risque permanent de sombrer dans un «paralogisme naturaliste» qui cacherait mal ses relents idéologiques (la nature est bonne parce que c’est la nature). À partir de cette polémique et au vu de l’échange d’arguments auquel elle a donné lieu, il faut dès à présent faire une observation générale.

En effet, derrière une controverse qui aurait pu s’avérer extrêmement fertile pour la réflexion épistémologique, s’est manifestée une haine entre ces deux camps disciplinaires dont la virulence me paraît en soi préoccupante. Plus grave, la violence de l’échange semble avoir eu pour conséquence malheureuse pour la vie intellectuelle qu’elle a encore accentué les replis ← 113 | 114 → disciplinaires dont la pensée humaniste n’est pas sortie grandie. Quoi qu’il en soit, l’imposture qu’entendait dénoncer Sokal véhiculait une vision implicite de la rhétorique qui va maintenant nous occuper.

3.Le style postmoderne: Lacan et la rhétorique

Le psychanalyste Jacques Lacan est l’un des auteurs visés par le canular de Sokal. Sa position est intéressante à critiquer pour deux raisons. Tout d’abord, elle est représentative du courant structuraliste formaliste et parfois abstrait dont l’épistémologie s’accorde mal à un naturalisme hérité d’Aristote, lequel place spontanément l’homme concret au centre de la réflexion. Ensuite, la position de Lacan a représenté, si pas initié, le fameux rhetorical turn qui a contribué à colorer la rhétorique d’une épistémologie constructiviste très éloignée de sa version antique.4

Pour plus de précision, je me concentrerai sur un article d’Angèle Kremer-Marietti (2004) qui rapporte une discussion entre Chaïm Perelman et Jacques Lacan à propos de la métaphore (1961). C’est surtout son commentaire qui retiendra mon attention: «Je ne me sens aucune compétence à expliquer la formule (algébrique?) posée ensuite par Jacques Lacan, mais, me contentant de ce qu’il en écrit […]» (Kremer-Marietti 2004: note 27).5

Par-delà l’ironie de son commentaire, on comprend surtout que la «formule» proposée par Lacan est, aux yeux de Kremer-Marietti, aussi opaque qu’inapte à formaliser quoi que ce soit. Il est cependant important de ne pas passer à côté d’une motivation présente chez de nombreux structuralistes, en particulier, lorsqu’ils s’occupent de psychologie ou de ← 114 | 115 → psychanalyse. Une motivation décrite avec la plus grande clarté par la philosophe à propos de la conception lacanienne de la rhétorique:

Car ce qui est assez remarquable et rarement (ou jamais) avoué, c’est que Jacques Lacan a tenté avec beaucoup d’autres philosophes et écrivains du 20e siècle d’éluder (et sans y réussir mieux que les autres) la question du sujet et, à la limite, il a même dû souhaiter effacer en psychanalyse tout recours légitime à la subjectivité. D’un commun accord dans lequel sans doute cette génération de structuralistes voyait une planche de salut pour la philosophie du 20e siècle. (Kremer-Marietti 2004: 126)

Ce commentaire me paraît très juste, en même temps qu’il souligne l’immense paradoxe pour une discipline, de fonder sa scientificité sur la disparition du sujet, alors même que c’est lui qui se trouve au centre de la réflexion. Quoi qu’il en soit, le rhetorical turn a en effet semblé constituer pour une génération de philosophes une «planche de salut» pour une discipline qui devait donner des gages d’objectivité et de scientificité. En même temps, la motivation éthique ou psychologique d’éviter cette fois une dérive idéologique de sinistre mémoire, se trouvait assouvie par la disparition de la question la plus délicate, mais sans doute la plus intéressante à traiter: le sujet humain lui-même.

Dans cette perspective, le langage mathématique ou physique, en ce qu’il n’est pas le langage naturel, devient un candidat idéal pour élaborer de nouvelles théories plus objectives sur l’homme. Le langage formel, en principe peu propice à décrire l’humain, incarne pourtant, aux yeux de la raison moderne, le summum de la science. C’est d’ailleurs ce dernier argument qui fut retenu par les dénonciateurs d’impostures intellectuelles. Pourtant, ce «refoulement» du sujet hors de la raison humaine, opéré par le structuralisme, doit nous aider à comprendre une partie de l’actualité des débats sur la question, même si les «sciences de l’homme» ont évolué de façon spectaculaire ces dernières décennies, en particulier grâce aux progrès des sciences cognitives. ← 115 | 116 →

4.Le style réductionniste: Sperber et la «rhétorique»

Le structuralisme commençant à passer de mode, de nombreux auteurs, philosophes, anthropologues, psychologues ou linguistes ont pris le parti de se poser la question de la raison humaine en profitant du tournant cognitiviste et de sa variante évolutionniste. Dans cette perspective, on pouvait envisager le retour du sujet au sein d’une option naturaliste sans que cela n’implique nécessairement de dérive idéologique. Après Grice (1989) et son Principe de Coopération auquel on a pu reprocher un paralogisme naturaliste idéalement pacifié par des maximes kantiennes, il fallait pouvoir assumer l’option naturaliste en évitant les accusations d’angélisme ou de rousseauisme. C’est l’option qui semble avoir été choisie par Dan Sperber pour la conception qu’il donne de l’argumentation, dans un article qui expose clairement sa position. L’auteur s’attache à une hypothèse qui se limite à l’argumentation (et au témoignage que je ne traite pas ici) sans prétendre englober l’ensemble de l’activité rhétorique:

Ma thèse principale sera que de nombreuses croyances socialement acquises sont fausses à cause non pas d’un mauvais fonctionnement, mais d’un bon fonctionnement de la communication sociale. Je soutiendrai en particulier que la possibilité de manipuler cognitivement autrui est l’un des effets qui rendent le témoignage et l’argumentation adaptatifs. (2007: 105-106)

Ainsi, dans l’approche évolutionniste de Sperber, on observe un retour du naturalisme (dont témoigne la théorie de l’évolution) en même temps qu’une prise en compte de la question du sujet humain (dont on s’attache à décrire les motivations à agir). L’adaptation, comme composante de la théorie de l’évolution, devient ainsi un critère pour guider la réflexion sur les mécanismes de la persuasion. Mais ici, le retour du sujet se fait par la voie de la manipulation. Si l’argumentation, qui produit la persuasion, a été sélectionnée, c’est parce qu’il est toujours plus efficace, dans une interaction, de manipuler autrui. Certes, Sperber ne dit pas que la manipulation constitue la visée de l’argumentation, ce qui serait absurde. Mais il ne nie pas l’idée que cette fonction aurait pu être favorisée pour sa haute valeur adaptative. Cette option résonne comme le miroir inversé du Principe de Coopération gricéen. Le retour du sujet se fait ici, non pas à travers l’image d’un idéal de coopération, mais plutôt à travers une sorte de factualité du mal dont le ← 116 | 117 → corollaire éthique a pour nom banalité. Certes Sperber ne prend pas position sur la question. Ce n’est pas son propos. Il en fait le constat «objectif», c’est-à-dire «scientifique». Dans ce court article, d’ailleurs, l’étayage argumentatif est sommaire.6 Mais voici certainement le plus intéressant dans les conclusions de Sperber:

À l’aune d’une norme logique ou épistémologique, le sophisme est un usage pervers de l’argumentation, une pratique qui en contredit la raison d’être. Dans la perspective évolutionniste esquissée ici, le sophisme est une manière malhonnête d’utiliser la «stratégie de monstration honnête» pour le grand bénéfice du locuteur. Autrement dit, la sophistique contribue à rendre l’argumentation adaptative. (2007: 105-106)

On le voit, Sperber ne saurait être accusé de colporter un stupide paralogisme naturaliste. Au contraire, en un mouvement, il classe la sophistique comme l’incarnation de la manipulation et affirme que, contrairement à ce que certains ont eu la naïveté de croire, la norme, si elle n’est pas directement la tromperie, n’est en tout cas pas la coopération. Soucieux d’éviter le paralogisme naturaliste, l’objectivité scientifique de Sperber peut orienter le lecteur vers une lecture spontanément utilitariste – pour ne pas dire cynique – des rapports sociaux. Ainsi, dans ce retour du sujet que, désormais, l’on peut traiter «objectivement», la question éthique semble suspendue au point d’apparaître non pertinente dans le développement théorique. Comme le commente Daniel Heller-Roazen:

Notre monde est désormais l’image inversée de celui de l’Antiquité. Ceux qui s’égarent du côté de l’excès de sensation ‘ne se rencontrent pas vraiment’, et les individus qui, dans la vie, ne ressentent pas la douleur ou la joie ‘qui convient’ se font plus nombreux chaque jour. […] Une insensibilité commune, qu’Aristote aurait jugée bien ‘inhumaine’ est devenue la règle [...]. (2011: 320)

Ce lien établi entre sensibilité et sensation, d’une part, et absence de considération éthique dans le comportement, d’autre part, n’est en effet pas directement traité chez Sperber, comme si, en un sens, la question dépassait du cadre de la science. Les relations entre sensation et éthique sont pourtant longuement explicitées par Heller-Roazen, qui les replace dans le modèle ← 117 | 118 → aristotélicien de la raison humaine. L’auteur nous invite d’ailleurs à prendre la mesure du fossé qui s’est creusé entre la culture moderne et la pensée antique sur ces questions qui touchent aux fondements de la raison humaine. Retisser ce lien perdu devrait nous permettre d’indiquer une troisième voie pour la raison humaine et, partant, pour le rôle central qu’y joue la rhétorique. C’est ce que je me propose de développer dans la suite.

5.Est-il rationnel d’être touché? Remarques sur le naturalisme d’Aristote

Il faut tout d’abord rappeler que la pensée moderne fut particulièrement anti-rhétorique. Sans doute, la réflexion contemporaine sur la raison, le raisonnement, l’argumentation et la persuasion subit encore de plein fouet les conséquences de l’absence de la rhétorique au cœur de la Modernité. En témoignent les nombreuses publications qui s’intéressent aux liens entre parole publique, raison et action, issues de toutes disciplines qui bien souvent ignorent totalement la tradition rhétorique, en particulier, dans sa version humaniste héritée d’Aristote. A ce titre, l’étude de Daniel Heller-Roazen sur l’histoire des liens entre raisons et sensations, si elle n’utilise pas davantage la rhétorique que ses contemporains, nous fournit pourtant un angle intéressant pour repenser les liens entre raison et persuasion, en déplaçant le curseur traditionnel et, pour tout dire, en l’éloignant de la question lancinante de la manipulation. L’auteur rappelle ainsi a contrario comment la coupure entre sensations et entendement, lors du passage des modèles antiques aux modèles modernes, a tracé une frontière dont nous sommes toujours les héritiers. Plus précisément, il affirme qu’au cogito cartésien, généralement admis comme fondement de la raison humaine, s’oppose une version aristotélicienne, que l’on peut énoncer selon la formule: «Je sens, donc je suis».7 L’auteur fait ainsi valoir que dans la pensée aristotélicienne, le fondement de la raison humaine – la raison de l’homme, en tant qu’animal ← 118 | 119 → politique – est un «sens commun» (sunaisthèsis). Un sens commun, à la base de l’éthique, qui, pour le dire rapidement, serait l’analogue antique de la très intellectuelle «conscience» des Modernes (Heller-Roazen 2011).8 Or ce sens commun, évidemment, s’exerce par les sens (les cinq sens, mais aussi notre capacité à les faire interagir et à acquérir un regard réflexif sur cette interaction). En somme, de cette expérience tellement humaine, nous finissons par nous sentir humains par le fait même d’être touchés de la réalité de ce «sens commun». Sans doute, ce retour de la conscience dans le corps,9 avec sa dimension éthique, semble propice à éviter les deux écueils qui ont été évoqués. L’on pourra ainsi éviter la solution postmoderne qui voit dans la persuasion des «effets» du discours apparemment déconnectés des sujets humains. Mais l’on pourra dans le même temps dépasser un cognitivisme trop étroit qui affirme un lien supposé naturel entre l’efficacité de la persuasion et les contenus épistémiques véhiculés. Dans sa version optimiste, l’efficacité témoignerait de la vérité, dans sa version pessimiste, elle serait intimement liée au mensonge et à la tromperie. La très ancienne polémique touchant aux liens entre persuasion et manipulation, une polémique dont les bases n’ont guère changé depuis Platon, se décline aujourd’hui dans les termes d’une nouvelle forme de réductionnisme qui évite difficilement l’écueil du paralogisme naturaliste. Je crois pourtant que la voie tracée par Aristote, dans une certaine mesure, autorise un naturalisme non réductionniste.10 ← 119 | 120 →

Quoi qu’il en soit, la leçon des Grecs tient au fait qu’ils nous incitent à repenser ensemble des états ou des activités apparemment aussi divers que sentir, contempler, découvrir, persuader, être persuadé, délibérer et enfin agir…11 Il s’agit de penser ces activités humaines sans les placer d’emblée de part et d’autre d’une frontière qui définit depuis si longtemps notre épistémologie dualiste.

6.Retour sur la dichotomie persuader vs. convaincre

Ainsi, le déplacement du curseur à propos de la limite entre persuasion et manipulation consiste à focaliser la réflexion sur la dimension pratique de la raison humaine, ce qui nous conduit à présent à revenir sur la plus célèbre des oppositions en rhétorique: celle qui prétend discriminer entre la persuasion et la conviction.

Voici ce qu’en disent Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca lorsqu’ils ont eux-mêmes redécouvert cette tension: «Une distinction classique oppose les moyens de convaincre aux moyens de persuader, les premiers étant conçus comme rationnels, les seconds comme irrationnels, les uns s’adressant à l’entendement, les autres à la volonté» (1989: 66).

Ainsi, selon cette dichotomie classique, ce qui relève de la volonté s’adresserait à l’irrationnel. Mais Perelman et Olbrechts-Tyteca s’engagent ensuite dans une discussion qui explicite la différence entre deux traditions dont la fameuse dichotomie est issue. Il y a tout d’abord les traditions philosophiques qui mettent l’accent sur le résultat: c’est typiquement le cas du pragmatisme à l’anglo-saxonne. Il y a ensuite, celles qui mettent l’accent sur les moyens: ce sont les traditions continentales et françaises. Chez les premiers, la persuasion est valorisée. Chez les seconds, c’est la conviction qui prend le dessus. Après en avoir explicité les contours, les auteurs proposent ensuite de mettre cette dichotomie en question. La suite de leur réflexion, exposée sous la forme d’un récit, présente un grand intérêt pour notre discussion. En effet, c’est en cherchant à dépasser le caractère trop ← 120 | 121 → contraignant de l’opposition entre «persuader» et «convaincre» et par l’observation empirique de la réalité des discours et des débats, que Perelman et Olbrechts-Tyteca affirment avoir redécouvert la rhétorique:

Ayant entrepris cette analyse de l’argumentation dans un certain nombre d’ouvrages, spécialement philosophiques, et dans certains discours de nos contemporains, nous nous sommes rendu compte, en cours de travail, que les procédés que nous retrouvions étaient, en grande partie, ceux de la Rhétorique d’Aristote; en tout cas, les préoccupations de ce dernier s’y rapprochaient étrangement des nôtres. Ce fut pour nous à la fois une surprise et une révélation. Perelman & Olbrechts-Tyteca 1989: 71.

Perelman et Olbrechts-Tyteca évoquent à la fois une surprise et une révélation. Cet aveu est suivi d’un commentaire sur les grandeurs et misères de la rhétorique au cours des siècles qui ont précédé leur propre réflexion et qui, bien sûr, ont nourri leurs propres a priori. Les auteurs voient en particulier un préjugé tenace dans le modèle des pseudo-dialogues de Platon:

L’illusion que produit cette méthode consiste en ce que, du fait que l’interlocuteur admet chaque chaînon de l’argumentation, on croit ne plus être dans le domaine de l’opinion, mais dans celui de la vérité, et l’on est convaincu que les propositions que l’on avance sont bien plus solidement fondées que dans l’argumentation rhétorique ou l’épreuve de chaque argument ne peut se faire. (Perelman & Olbrechts-Tyteca 1989: 82)12

Ce jugement posé par les auteurs du Traité de l’argumentation évoque le commentaire de Dan Sperber (2007: 105) à propos d’Alvin Goldman. Ce dernier, affirme Sperber, a lui aussi dénoncé ce modèle monologique comme idéal d’un raisonnement qui serait garanti par l’autorité d’une inférence produite en solitaire. En effet, la technique vantée par Platon et inspirée par son maître Socrate ne fournirait, nous disent les auteurs, qu’une illusion de vérité. Or celle-ci est liée au préjugé selon lequel le raisonnement serait idéalement monologique (et donc monotone au plan logique). À l’inverse, un modèle plus rhétorique nous incite à voir dans le raisonnement une action collective et idéalement dialogique, dont le processus, loin d’être monotone, est semé d’essais et d’erreurs, d’une part non négligeable de navigation à vue, d’hésitations et de réajustements. A l’évidence, dans un tel modèle, les erreurs et les impasses sont aussi rationnelles que les réussites précisément, en ce ← 121 | 122 → qu’elles conservent, au sein même du raisonnement, la mémoire (et donc la richesse) des inférences vécues et de la diversité des points de vue qui se sont affrontés. Les décisions prises de cette façon se révèlent ainsi plus éclairées, au sens précis où elles sont éclairées par les arguments d’Autrui.

Ainsi, Perelman et Olbrechts-Tyteca redécouvrent la rhétorique via une nécessité rationnelle d’élargir, mais aussi d’assouplir la notion même de rationalité. Or leur modèle, pourtant d’inspiration juridique, s’inspire parfois lui-même d’une conception «continentale» de la raison qui valorise la conviction sans trop savoir que faire de la persuasion, si ce n’est un parent pauvre de cette même raison. Je crois pourtant qu’il faut aller un pas plus loin vers la pensée aristotélicienne pour enrichir la réflexion contemporaine sur la persuasion.

7.Persuader et être persuadé en retour

Aristote lui-même entame sa Rhétorique en rapprochant tout d’abord cette technè du modèle de la dialectique et donc d’une conception logique et syllogistique du raisonnement (Rhétorique I, 1, 1354a.). Plus loin dans le traité, on trouve pourtant des définitions de la rhétorique qui placent la persuasion au centre de l’activité. Il y est question, là d’une dimension heuristique (ibid., I, 2, 1356a), ici d’une dimension actionnelle et même agonistique (ibid., I, 1, 1355b).

En effet, dans le système aristotélicien, la persuasion s’inscrit dans l’exercice d’une action pratique qui dépasse de loin l’usage de la parole. C’est le produit de cet exercice qui doit déboucher sur une disposition à la décision et plus largement, sur une disposition à l’action citoyenne. Dans cette optique, une compétence se développe qui présente deux aspects: il est aussi important de persuader que d’être persuadé en retour, puisque les rôles d’orateur et d’auditoire, liés à la contingence de la vie citoyenne, sont constamment échangés.

Je crois qu’on ne comprend la nature de la persuasion, pierre angulaire des débats sur la place publique, que par ce détour important. Un détour qui nous conduit à rassembler au sein du système aristotélicien, bien davantage ← 122 | 123 → que la Rhétorique et la Dialectique. Il y a aussi l’éthique, le sens commun, la raison pratique et l’action en général. Le cadre qui permet de penser la persuasion autrement que comme la production d’effets du discours ou comme une manipulation ou une tromperie est celui dans lequel est née cette technique. Ce cadre est celui de l’artisanat.

8.La persuasion dans les trois niveaux de l’art rhétorique

Pour comprendre ce cadre, il faut revenir à la conception grecque de l’art et à sa culture, à partir de laquelle l’a pensée Aristote. Ce retour – qui n’est pas un détour –13 nous permettra d’élargir une conception moderne de la raison tout en explicitant les liens entre les différents domaines de la cognition humaine où intervient la persuasion. Dans cette conception «technique» de l’art, trois niveaux distincts se dégagent pour la raison pratique.14

Il y a d’abord l’ensemble des règles à suivre. Il y a ensuite la production, la visée. Il y a, enfin, la disposition d’esprit que développe celui qui l’exerce. Voici comment peuvent se décrire ces trois niveaux pour la rhétorique:

Table 1.Les trois niveaux techniques de la rhétorique ← 123 | 124 →

Ce tableau permet tout d’abord d’exposer les trois niveaux de description qui vont se révéler pertinents pour une bonne compréhension de la raison pratique. Dans ce dispositif, l’auditoire n’est pas un réceptacle passif du discours, mais un partenaire qui interagit au sein même de l’activité et qui, à ce titre, participe des différents niveaux qui vont être décrits.

8.1.   La praxis: des actions intelligentes coordonnées

Commençons par le premier niveau, celui de la praxis. Il s’agit de décrire l’aspect le plus pratique, celui de l’ensemble des activités concrètes qui peuvent toutes s’énoncer sous forme de règles à suivre. Mais ces règles ne s’appliquent pas pour autant de façon mécanique. L’orateur construira lui-même les preuves de son art en fonction de la situation concrète à laquelle il est confronté (situation déterminée, selon Aristote, par le genre, c’est-à-dire par l’institution dans laquelle la parole publique se produira). Dans le modèle de rhétorique démocratique qui l’a vu naître, le postulat de symétrie entre les citoyens est structurel. En effet, le débat public prévoit que les rôles d’orateur et d’auditoire se distribuent en fonction de la situation d’énonciation: chacun, en principe, possède une expertise équivalente dans l’usage des preuves, même si les rôles s’alternent au sein de l’activité. En outre, l’auditoire est actif en tant qu’auditoire puisqu’à l’issue de la délibération, c’est lui qui décide.

En somme, la praxis peut se décrire par la combinaison d’une compétence spécifique qui comporte ses règles propres. Celles-ci peuvent être énoncées au sein de traités de rhétorique, mais à côté des règles, il y a toujours l’expérience et l’intuition. C’est le volet non formalisable de l’art, dont l’artisan expérimenté a la maîtrise et qui débouche toujours sur des actions concrètes. Au-delà de la vérité et du mensonge, la question réellement pertinente pour ces techniques est celle, pratique, de l’efficacité. Cette question concerne le niveau de la poièsis, que je vais aborder maintenant.

8.2.   La poièsis: l’effet et la nécessité du détour

Dans l’art grec, la poièsis désigne ce que l’art vise à produire. La persuasion comme visée est donc un état plus ou moins stable, même s’il ne peut être ← 124 | 125 → envisagé comme définitif: il est toujours à reconquérir. En somme, dans ces matières, rien n’est jamais gagné. Cet aspect des choses qui peut paraître anecdotique permet pourtant de souligner le fait que tous les arts s’appliquent à un monde complexe, en principe, toujours ouvert.

C’est sans doute pour cela que la poièsis ne peut s’obtenir que de façon indirecte, comme un effet de l’application précise, patiente et rigoureuse de l’ensemble des pratiques offertes par la technique. Cette propriété de la poièsis permet de mettre en lumière l’un des aspects centraux de l’intelligence pratique qui se trouve en jeu. Une application mécanique de principes appris par chœur ne mène à rien. Toute technique demande une attention particulière, une concentration sur la tâche, qui pourrait être propice à induire la poièsis en tant qu’effet secondaire de la technique. On commence par imiter et, ce faisant, on acquiert peu à peu une maîtrise de l’action intelligente. Autrement dit, dans cette conception de l’art, il est rationnel de ne pas s’acharner à atteindre un but, c’est là une condition de l’efficacité de la visée poursuivie.

De son côté, Jon Elster mentionne des situations analogues qu’il décrit comme relevant des limites de la rationalité (Elster 1987). L’exemple classiquement cité évoque l’insomniaque qui «trompe» son insomnie en lisant de sorte qu’il obtiendra le sommeil par un effet secondaire: la lecture. Elster insiste encore sur le fait que cette activité apparemment irrationnelle est en fait très courante. A mon sens, elle souligne le caractère éminemment pragmatique de cet aspect de la raison humaine. Un aspect qui touche à la persuasion et qui ne peut être jugé irrationnel que dans une conception purement cognitive de la raison. Au contraire, la structure indirecte de l’action intelligente souligne l’efficacité pratique qu’il y a à se détourner de la visée poursuivie pour la rendre plus aisée à atteindre.

Finalement, de cette description du niveau poiétique de la persuasion se dégagent deux traits importants. Tout d’abord, il y a une action coordonnée qui peut se décrire en termes d’interaction entre deux protagonistes plutôt qu’en termes d’agent et de patient. Ensuite, la visée de la technique, sa poièsis, ce qui doit être produit, s’obtient en tant qu’effet secondaire et non pas en tant que but directement visé. La poièsis ainsi produite, la persuasion, est un état physico-psychique qui présente aussi un caractère dynamique. De ce point de vue, la persuasion dépasse le simple état mental à base de croyance, lequel enfermerait ultimement la description dans le couple vrai/faux. Ainsi, un dispositif indirect, qui paraît au premier abord peu intuitif, révèle son ← 125 | 126 → caractère éminemment rationnel au plan de la raison pratique. Le critère, ici, est l’efficacité.15

8.3   L’hèxis: devenir un citoyen

Venons-en à présent au troisième niveau de description de la technique: celle de la création d’une disposition plus stable. Tout art au sens grec du terme contient trois niveaux pertinents qui décrivent l’exercice de l’intelligence pratique mise au service d’une technique: l’ensemble des actions intelligentes, la visée générale poursuivie, mais aussi une disposition plus stable qui devient, pour celui qui exerce régulièrement son art, comme une seconde nature. Mon hypothèse est que cette seconde nature recouvre simplement l’art d’être un citoyen, qui sait comment délibérer, parce qu’il sait comment persuader et être persuadé en retour, et parce que, pour cela, il aura tout d’abord appris par l’exercice de son sens commun à toucher et à être touché en retour.

Ces qualités qui deviennent une seconde nature rassemblent tout à la fois la théorie et la pratique, l’intelligence et l’éthique, la rigueur et la souplesse.

9.Conclusion

Finalement, c’est à la condition de cet élargissement de notre conception de la raison, à laquelle nous invite le modèle grec, que l’on peut songer à naturaliser la rhétorique, en évitant les écueils du post-modernisme et du réductionnisme. Mais il me reste pour conclure à revenir une fois encore à la question de la persuasion. La pratique de celle-ci sur la place publique développe-t-elle une seconde nature qui serait en soi manipulatrice? J’envisagerai pour ma part un point de vue différent de celui de Sperber, même si je pense qu’il convient de penser la raison humaine dans un cadre naturaliste, le seul qui rendre justice à toute la complexité de la raison humaine. ← 126 | 127 → Il est utile pour cela de revenir à la figure du Sophiste. Comme le rappelle Jean-Pierre Vernant (1965), celui-ci se confond au départ avec la figure de l’artisan. Comme tout artisan, il développe cette forme d’intelligence pratique, cette agilité, que les Grecs nommaient la mètis.16 Pour tout artisanat concret, cette forme d’agilité est neutre au plan éthique, puisqu’il n’y a pas de sujet.

Mais dans les arts comme la rhétorique ou comme la médecine, la question éthique se pose nécessairement. Si la Rhétorique d’Aristote est déjà marquée par la méfiance d’une société vis-à-vis de la raison pratique, son Ethique insiste à foison sur la figure de l’homme prudent, le bon délibérateur, l’idéal citoyen: le phronimos.17 Le prudent d’Aristote, en somme, est celui qui exerce sa raison pratique et qui, à force d’exercice, parvient à prendre, le plus souvent, des décisions éclairées. Il devient ce qu’il doit être pour vivre en société: un citoyen qui sait pratiquer son métier de citoyen. De ce point de vue, l’art de la persuasion n’est en soi ni manipulateur ni honnête. Il permet à tous de développer une activité citoyenne dans laquelle chacun décidera, dans le huis clos de sa conscience, s’il la place au service de la coopération ou de la manipulation.

Bibliographie

Aristote (1990): Rhétorique. Traduction et commentaires par Médéric Dufour, Les Belles Lettres, trois volumes, Paris.

–,   (1990): Ethique à Nicomaque. Traduction et commentaires par Marcel Tricot, Vrin, Paris.

Aubenque, P. (1963): La prudence chez Aristote. PUF, Paris.

Berthoz, A. (2009): La simplexité. Odile Jacob, Paris.

Cassin, B. (1995): L’effet sophistique. Gallimard, Paris.

Château, J.-Y. (éd.) (1997): La vérité pratique. Aristote, éthique à Nicomaque, Livre VI. Vrin, Paris.

Damasio, A. (1995): L’erreur de Descartes. La raison des émotions. Odile Jacob, Paris.

–,   (2003): Spinoza avait raison. Odile Jacob, Paris.

Danblon, E. (2002), Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion. Bruxelles, Editions de l’Université. ← 127 | 128 →

–,   (2013): L’homme rhétorique. Culture, raison, action. Editions du Cerf, Paris.

Detienne, M. & Vernant, J.-P. (1993): La mètis des Grecs. Les ruses de l’intelligence. Flammarion, Paris.

Elster, J. (1987): Le laboureur et ses enfants. Deux essais sur les limites de la rationalité. Editions de Minuit, Paris.

Ginzburg, C. (2004): Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve. Seuil, Paris.

Goyet, F. (2009): Les audaces de la prudence. Littérature et politique aux 16e et 17e siècles. Garnier, Paris.

Grice, P. H. (1989): Studies in the way of words. Harvard University Press, Cambridge/Londres.

Heller-Roazen, D. (2011): Une archéologie du toucher. Seuil, Coll. La librairie du 21e siècle, Paris.

Klimis, S. (2003): «Voir, regarder, contempler. Le plaisir de s’apprendre son humanité», in La Poétique d’Aristote: lectures morales et politiques de la tragédie. Etudes Philosophiques, PUF, Paris, 466-483.

Kremer-Marietti, A. (2004): «Rhétorique sociale et métaphore du sujet. Perelman, Burke et Lacan», in Meyer, M. (éd.), Perelman le renouveau de la rhétorique. Collections «débats», PUF, Paris. Disponible en ligne à l’adresse: http://www.psychanalyse.lu/articles/MariettiPerelmanLacan.htm#fn27.

Perelman, Ch. (1961): «L’idéal de rationalité et la règle de justice», Bulletin de la Société Française de Philosophie, 55e année, n°1, 29-33.

Perelman, Ch. & Olbrechts-Tyteca, L (1989) [1950], «Logique et rhétorique», in Perelman, Ch. (éd.), Rhétoriques. Editions de l’Université, Bruxelles, 6-107.

Sennett, R. (2010): Ce que sait la main. La culture de l’artisanat. Albin Michel, Paris.

Sperber, D. (2007): «Le témoignage et l’argumentation dans une perspective évolutionniste», in Bouvier, A. & Conein, B. (éds.), L’épistémologie sociale. Une théorie sociale de la connaissance. Editions de l’EHESS, Paris, 105-106.

Vernant, J.-P. (1965): Mythe et pensée chez les Grecs. La découverte, Paris. ← 128 | 129 →

 

1Il faut noter encore que cette perte d’habitude de pratiquer une recherche humaniste dans laquelle tout chercheur se doit d’être un connaisseur plus ou moins éclairé des différentes disciplines qui touchent à la compréhension de l’homme est tellement tombée en désuétude que le fait même mérite d’être observé. Pour un chercheur, sortir de sa discipline est toujours perçu comme plus ou moins suspect. La charge émotionnelle qui accompagne ces polémiques à caractère épistémologique en dit long, là aussi, sur l’état de notre culture disciplinaire. Quoi qu’il en soit, il est un courant important des sciences cognitives qui «redécouvre» un certain rapport aristotélicien aux phénomènes humains, un rapport qui ne craint pas de placer l’homme au centre de la réflexion sans pour autant le réduire à sa seule dimension biologique. A mes yeux, l’un des représentants les plus intéressants de ce courant actuel en France est le physiologiste Alain Berthoz. Voir, par exemple, Berthoz (2009).

2Selon l’affirmation même d’Aristote, qui pourtant nous a livré trois traités consacrés uniquement à l’art oratoire. Il reste que ces trois traités débordent de considérations d’ordre psychologique, éthique, sociologique, historique mais aussi biologique, logique, etc. Ainsi, la question du découpage disciplinaire est déjà fortement présente à ce moment.

3Sans doute en partie parce qu’il s’agit d’une réponse à la critique formulée, on use et abuse d’un style pamphlétaire hérité du 19e siècle, où à peu près tous les coups sont permis, et cela, surtout s’ils portent en dessous de la ceinture.

4Selon l’historien Carlo Ginzburg, la lecture constructiviste de la rhétorique commence déjà chez Nietzsche. Voir Ginzburg (2002). Ce n’est pas le lieu d’entrer dans cet aspect du débat pourtant passionnant. Retenons néanmoins l’ouvrage magistral de Cassin (1995), qui a été un élément important dans le développement d’une épistémologie constructiviste associée à la rhétorique. Pour une critique admirative du texte de la grande philologue, je me permets de renvoyer à Danblon (2002).

5Pour le lecteur courageux, voici la fameuse formule lacanienne: S/S’1.S’2/X image S (1/s’’).

6Il arrive parfois que ces «faits» scientifiques sur la banalité du mal ou sur la manipulation soient étayés par des expériences psychologiques ou par des statistiques réalisées à partir de témoignage. Peu importe ici la méthode utilisée pour «garantir» la scientificité de l’hypothèse.

7Chapitre 5: «Sentio ergo sum», en particulier, p. 63.

8Cette inversion de la perspective sur la conscience fait d’ailleurs l’objet d’une grande popularité dans les sciences cognitives, en particulier depuis les travaux d’Antonio Damasio qui résonnent aussi comme une «mise au point» sur l’histoire de l’épistémologie de la raison humaine. Je pense bien sûr aux titres évocateurs: «L’erreur de Descartes», «Spinoza avait raison».

9Un retour que l’on doit sans doute à l’impulsion des sciences cognitives après tant de siècles dualistes. Un retour qu’appelle d’ailleurs déjà de ses vœux Chaïm Perelman dès l’introduction à sa Nouvelle Rhétorique (voir Perelman & Olbrecths-Tyteca 2000).

10Il faut être prudent dans cette affirmation. Comme tous les grands auteurs, il arrive qu’Aristote soit au moins ambivalent, si pas contradictoire. Or, le paradoxe est à son comble lorsqu’on considère que c’est précisément l’auteur de la Rhétorique qui échappe le moins à un certain réductionnisme épistémologique, quand l’Aristote du De Anima ou de l’Ethique à Nicomaque développe avec finesse une vision de l’homme qui marie avec succès le naturalisme et l’humanisme. En somme, ma proposition consiste à inviter cet auteur à dialoguer avec son «double» plus rigide, auteur de la Rhétorique.

11Pour une lecture très fine de ce vocabulaire grec et de ce à quoi il renvoie, on lira Klimis 2003.

12On retrouve une part de cette illusion dans le modèle habermassien de l’argumentation, paradoxalement, alors que ce dernier insiste pourtant sur l’importance de la participation de tous au débat.

13Je veux dire par là que ce qui peut apparaître comme une sortie intempestive des remparts disciplinaires me paraît une démarche nécessaire pour étayer l’argument que j’essaye de développer concernant la spécificité de la raison pratique. À mes yeux, la culture de l’artisanat n’est pas un cadre métaphorique pour penser la question. Il s’agit d’un cadre anthropologique qui devrait s’avérer pertinent pour penser toutes les activités pratiques de la raison humaine.

14Sur tout ceci, on lira Vernant (1965), en particulier, le chapitre 4: «Le travail et la pensée technique», pp. 263-322 et Sennett (2010).

15Voir encore à ce sujet Berthoz (2009).

16Voir plus précisément, Detienne & Vernant (1993).

17Voir Aubenque (1967).