Show Less
Restricted access

Nouvelles perspectives sur l’anaphore

Points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel

Series:

Marion Fossard and Marie-José Béguelin

Longtemps limitée à une simple perspective textualiste, l’anaphore a, ces vingt dernières années, été l’enjeu de nombreux travaux influencés par les forts courants de la linguistique du discours ainsi que par les approches cognitives, pragmatiques et, plus récemment encore, interactionnelles de la référence. Phénomène discursif éminemment complexe, l’anaphore met en jeu des mécanismes informationnels, mémoriels et inférentiels variés, que de nombreux modèles, linguistiques et psycholinguistiques, ont cherché à capter.
Le propos du présent ouvrage est double : proposer un bilan épistémologique mettant au jour, parmi les modèles et approches proposés, ceux qui ont résisté au temps (et aux modes) ; pointer les aspects du phénomène anaphorique qui nécessiteraient des investigations complémentaires. En abordant l’anaphore de manière interdisciplinaire, ce livre vise aussi à décloisonner des domaines de recherche qui trop souvent s’ignorent : il rétablit le dialogue entre approches linguistiques, psycholinguistiques et acquisitionnelles, tout en faisant place aux perspectives orientées vers la logopédie et le TAL (Traitement Automatique du Langage).
Show Summary Details
Restricted access

Référence et démonstratifs… entre accessibilité et (dis)continuité ?: Marion Fossard

Extract

En matière de processus référentiels, identifier les facteurs qui déterminent le choix et l’usage d’une expression référentielle particulière est au cœur des approches cognitives ou mémorielles de la référence (Ariel, 1988, 1990 ; Chafe, 1994 ; Gundel, Hedberg & Zacharski, 1993, 2000). Délaissant le texte ou du moins l’idée d’une opération de recherche du référent sur la seule information textuelle, ces approches mettent en avant le critère de saillance discursive ou de focus psychologique qui va de pair avec l’idée que le choix d’une expression référentielle se fait au regard de l’accessibilité ou du statut cognitif que la représentation du référent est supposée avoir dans la représentation du discours.

Différents modèles, tels que l’accessibility marking scale (Ariel, 1990), le gradient focus model (Strauss, 2002) ou la givenness hierarchy (Gundel et al., 1993, 2000) proposent ainsi que les différents types d’expressions référentielles, de par leur sens instructionnel spécifique consistant à marquer le niveau d’accessibilité ou le statut cognitif du référent attendu, signaleraient différentes façons selon lesquelles un énoncé peut (ou devrait) être interprété. En se basant sur les différents statuts cognitifs qui peuvent être assignés aux référents de discours, ces modèles fournissent une base formelle rendant possible de justifier et même de prédire la présence ou l’usage d’un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.