Show Less
Restricted access

La corrélation en russe : structures et interprétations

structures et interprétations

Series:

Olga Inkova

Cette étude est consacrée à un phénomène aussi bien syntaxique que sémantique qui, à ce jour, n’a fait l’objet d’aucune analyse spécifique en linguistique russe. En effet, bien que régulièrement évoquée – mais souvent de manière sporadique – dans les grammaires et diverses études sur la syntaxe de la subordination en russe, la corrélation n’a jamais donné lieu à une analyse systématique.
L’originalité de l’ouvrage réside également dans l’approche adoptée : au lieu de mettre l’accent, comme c’est souvent le cas dans la littérature linguistique sur la question, sur le mode de liaison des prédications dans les structures corrélatives, la définition de la corrélation se fonde sur le fonctionnement spécifique des marqueurs de liaison, les corrélateurs. L’approche sémasiologique proposée a surtout l’avantage d’unifier le traitement des corrélateurs russes et d’éviter certaines contradictions manifestes de leurs descriptions actuelles, majoritairement onomasiologiques. Une part importante de l’ouvrage est consacrée à la sémantique des structures corrélatives.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre II: L’étude de la corrélation dans la tradition linguistique russe

Extract

Chapitre II

L’étude de la corrélation dans la tradition linguistique russe

1.Remarques introductives

L’étude des phrases corrélatives en russe est relativement récente. Elle démarre réellement dans les années 40–50 du XXe avec les travaux de S. Karcevski, A. Šapiro, N. Pospelov, S. Krjučkov et L. Maksimov et se développe, dans les années 60, dans les travaux de V. Belošapkova. Néanmoins, rares sont les grammaires et manuels scolaires ou universitaires qui consacrent un chapitre aux corrélatives, qui restent ainsi dispersées dans différents types de subordination (cf. parmi les manuels de référence Barhudarov & Krjučkov 1954, où l’existence des corrélatives n’est même pas évoquée, Gvozdev 1968, Krjučkov & Maksimov 1977, Valgina 2000, Skoblikova 2006, Galkina-Fedoruk et al. 2009). Malgré l’intérêt toujours croissant et un nombre important de travaux parus ces derniers temps sur ce type de phrases en russe (cf. Figurovskaja 2000, Zavjazkina 2003, Korobejnik 2003, Nikunlassi 2008, Paykin 2009, Mitrenina 2008, 2010a, 2010b parmi d’autres), certaines questions restent encore ouvertes. Elles concernent, comme nous l’avons déjà évoqué dans le premier chapitre, le statut syntaxique et sémantique du rapport corrélatif et sa place dans le système syntaxique du russe, ainsi que la possibilité de traiter toutes les structures corrélatives de manière uniforme. Avant de proposer des réponses à ces questions et de définir...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.