Show Less
Restricted access

La corrélation en russe : structures et interprétations

structures et interprétations

Series:

Olga Inkova

Cette étude est consacrée à un phénomène aussi bien syntaxique que sémantique qui, à ce jour, n’a fait l’objet d’aucune analyse spécifique en linguistique russe. En effet, bien que régulièrement évoquée – mais souvent de manière sporadique – dans les grammaires et diverses études sur la syntaxe de la subordination en russe, la corrélation n’a jamais donné lieu à une analyse systématique.
L’originalité de l’ouvrage réside également dans l’approche adoptée : au lieu de mettre l’accent, comme c’est souvent le cas dans la littérature linguistique sur la question, sur le mode de liaison des prédications dans les structures corrélatives, la définition de la corrélation se fonde sur le fonctionnement spécifique des marqueurs de liaison, les corrélateurs. L’approche sémasiologique proposée a surtout l’avantage d’unifier le traitement des corrélateurs russes et d’éviter certaines contradictions manifestes de leurs descriptions actuelles, majoritairement onomasiologiques. Une part importante de l’ouvrage est consacrée à la sémantique des structures corrélatives.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre IV: Sémantique et pragmatique des structures corrélatives

Extract

Chapitre IV

Sémantique et pragmatique des structures corrélatives

1.Remarques introductives

Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, du point de vue formel la corrélation se caractérise par la présence explicite de deux morphèmes, corrélateurs, liés par un rapport mutuel, réciproque de coréférence. Cette relation de coréférence peut toutefois être exploitée sémantiquement et discursivement de manières très différentes, qui, en outre, ne sont pas les mêmes pour les corrélatives avec l’ordre t/k et k/t. Si l’on regarde en effet les définitions de la corrélation proposées dans deux dictionnaires de référence Le Grand Robert et le TLFi, on peut dégager quelques aspects sémantiques intéressants :

–du fait que le rapport qui lie les corrélateurs est réciproque, mutuel, il est possible de parler de la dépendance ou de l’interdépendance entre les deux événements, les deux phénomènes décrits ;

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.