Show Less
Restricted access

Le Défi du roman

Narration et engagement oblique à l’ère postmoderne

Series:

Elisa Bricco

Cet ouvrage propose une réflexion sur le roman contemporain depuis 1980 et constate que la pratique de l’écriture fictionnelle en prose n’a jamais été aussi vivante qu’aujourd’hui. La première partie présente une mise au point sur les motivations des lecteurs d’œuvres de fiction et sur les spécificités de celles-ci dans le contexte contemporain. Un panorama des ouvrages critiques de référence propose un aperçu des principaux auteurs et des traits dominants de leurs œuvres. Dans la deuxième partie, une étude critique plus serrée de quelques romans analyse leurs liens possibles avec l’esthétique postmoderne. La troisième partie est consacrée à l’engagement « oblique » des écrivains qui se posent dorénavant en témoins privilégiés du monde contemporain, selon une posture tout à fait caractéristique de l’écriture romanesque d’aujourd’hui.
Show Summary Details
Restricted access

1. De la survie à l’affirmation :poétique et lecture romanesque aujourd’hui

Extract

A la veille de l’an 2000, la réflexion sur l’idée de fin a occupé massivement les discussions et les esprits : les catastrophistes se demandaient si la fin du deuxième millénaire provoquerait la fin de l’humanité ; les optimistes espéraient qu’elle engendrerait des changements mémorables ; les « neutres » pensaient qu’elle n’apporterait aucune transformation. Aujourd’hui on peut affirmer que, après l’an 2000 et durant toutes ces dernières années, de nombreux changements se sont produits dans nos vies, dans notre réalité désormais mondialisée, dans l’idée de la fin. Car la fin est une pensée, une condition et une conviction et comme telle elle est appelée à être ressassée, discutée et même niée.

On pourrait en dire de même de l’idée de crise de la littérature au sein de la société occidentale. Comme le remarque Dominique Maingueneau1, cette crise n’est pas une, mais triple puisqu’aujourd’hui on assiste à l’effondrement de la valeur de la littérature qui a perdu le rôle culturel essentiel qu’elle détenait non seulement depuis le Romantisme, mais encore plus loin depuis la période Classique, celui de l’imprimé, du produit littéraire et du roman et aussi celui des études littéraires. Au-delà du changement du paradigme épistémologique, au niveau de la production littéraire, il s’avère que le milieu des spécialistes en littérature, universitaires ou non, est partagé entre les pessimistes qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.