Show Less
Restricted access

Le Défi du roman

Narration et engagement oblique à l’ère postmoderne

Series:

Elisa Bricco

Cet ouvrage propose une réflexion sur le roman contemporain depuis 1980 et constate que la pratique de l’écriture fictionnelle en prose n’a jamais été aussi vivante qu’aujourd’hui. La première partie présente une mise au point sur les motivations des lecteurs d’œuvres de fiction et sur les spécificités de celles-ci dans le contexte contemporain. Un panorama des ouvrages critiques de référence propose un aperçu des principaux auteurs et des traits dominants de leurs œuvres. Dans la deuxième partie, une étude critique plus serrée de quelques romans analyse leurs liens possibles avec l’esthétique postmoderne. La troisième partie est consacrée à l’engagement « oblique » des écrivains qui se posent dorénavant en témoins privilégiés du monde contemporain, selon une posture tout à fait caractéristique de l’écriture romanesque d’aujourd’hui.
Show Summary Details
Restricted access

Troisième partie Les nouveaux défis du roman : un engagement oblique

Extract

← 114 | 115 → Les parcours de lecture proposés dans cette troisième partie présentent des ouvrages qui nous semblent apporter des réponses, ou du moins des tentatives de réponse aux questionnements modernes, par le récit d’histoires situées dans l’actualité ou relevant de mondes irréels où l’on peut cependant reconnaître des traits de la vie et/ou de l’individu contemporains. Ces romans nous proposent donc des sortes de ‘recettes’ pour affronter les situations et les circonstances diverses qui se produisent dans notre quotidien. Ils représentent pour le lecteur des manières indirectes de faire des expériences tout en restant chez lui assis dans son fauteuil. Cette perspective conduirait à considérer ces textes comme des romans à thèse. Lorsqu’elle définit cette typologie romanesque, Susan Rubin Suleiman remarque que :

On pourrait même aller plus loin, et dire que tout roman, voire toute œuvre de fiction (au sens large qui comprend les œuvres dramatiques, aussi bien que la poésie lyrique et narrative) se prête à une lecture “à thèse”, dans la mesure où il est toujours possible d’en extraire une maxime ayant une portée générale.1

Sans aller si loin dans ma lecture – d’ailleurs Suleiman explique plus loin que le roman à thèse a des caractéristiques bien particulières qui le distinguent d’autres typologies textuelles –, je constate que les œuvres que nous étudions contiennent une vision du rôle de l’écriture et peut-être aussi...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.