Show Less
Restricted access

Le sentiment d’efficacité personnelle d’élèves en contexte plurilingue

Le cas du français au secondaire dans la Vallée d’Aoste

Series:

Isabelle Puozzo

Le sentiment d’efficacité personnelle est un facteur important à prendre en compte dans tout apprentissage. La perception que l’élève a de ses propres compétences influence considérablement son implication, sa persévérance et la réussite de ses apprentissages. Elle peut également favoriser le processus d’autorégulation qui a, lui aussi, un impact sur le parcours de l’élève. L’auteure part de l’idée que développer le sentiment d’auto-efficacité chez les apprenants, notamment de langues, peut l’aider à construire ses compétences et l’envie d’apprendre tout au long de la vie. Cet ouvrage identifie les (res) sources et explore les démarches qui permettraient de développer ce sentiment d’auto-efficacité dans l’apprentissage des langues. Ce sentiment d’efficacité pourrait amener l’élève à considérer les langues qu’il connaît comme un répertoire plurilingue potentiel à sa disposition dans lequel il peut puiser. Pour ce, l’auteure analysera cette théorie l’appliquant à l’apprentissage du français en contexte valdôtain, en s’appuyant sur une pédagogie de la créativité afin de promouvoir ce sentiment chez et avec des élèves du secondaire dans un environnement bi-plurilingue.
Show Summary Details
Restricted access

IV. Recherche-action pour une insertion du sentiment d’efficacité personnelle dans la didactique du plurilinguisme

Extract

IV.Recherche-action pour une insertion du sentiment d’efficacité personnelle dans la didactique du plurilinguisme

13.L’enquête

13.1Echantillon et éléments de recueil de données sur l’expérimentation

Le premier échantillon de cette recherche est constitué par 356 élèves fréquentant des établissements secondaires du deuxième degré dans des cursus différents (professionnelle, technique et générale) durant l’année scolaire 2008/2009. Seules les classes de première année [désormais 1ère] du secondaire et de cinquième année [désormais 5ème] (année de la certification, l’Esame di Stato) ont participé à l’enquête afin de mesurer le sentiment d’efficacité personnelle à l’entrée et à la sortie de l’enseignement secondaire. Il faut savoir que le secondaire du premier degré ne dure que trois ans. Les élèves entrent donc au lycée à l’âge de 14 ans. Le cycle est quinquennal, ce qui fait qu’ils en sortent à l’âge de 19 ans. Notre échantillon se compose donc d’un public lycéen.

Six établissements pour les classes de 1ère ont accepté de participer à l’enquête et huit établissements pour les classes de 5ème. L’échantillon est représenté dans le tableau 7. Quatre établissements se trouvent dans la ville d’Aoste et quatre autres en basse vallée.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.