Show Less
Restricted access

Des personnages et des hommes dans la ville

Géographies littéraires et sociales

Sylvie Freyermuth and Jean-François Bonnot

Les diverses facettes de la ville se donnent à voir non seulement à travers les travaux des sociologues, des historiens, des géographes, mais également à travers la littérature. En croisant ces approches, les auteurs renouvellent l’éclairage critique des notions de lieu et de non-lieu, d’habitable et d’inhabitable, d’entre-soi, de désaffiliation, ou encore d’errance. Cette approche de l’urbain fait appel aux données de la mémoire orale et s’ancre dans une histoire des traces, dans l’infra-historique et dans les représentations de la spatialité intime. La première partie du livre réévalue la place de l’individu dans les conurbations industrielles et postindustrielles. La deuxième est consacrée à l’examen des réseaux urbains et à la mise en perspective littéraire de quartiers emblématiques, alors que la troisième traite des processus « d’infection » et de « contamination » à l’œuvre dans les centres urbains et analyse les mécanismes d’innovation et de blocage sociaux et linguistiques. Dans la quatrième partie, sont examinées les frontières symboliques et la déconstruction du tissu social traditionnel dans le Montbéliard des années soixante, de même que les destinées d’un groupe d’ouvriers dans la vallée du Doubs en voie d’industrialisation ; enfin, un fait-divers criminel exemplaire éclaire les modalités de la cohabitation houleuse entre sédentaires et gens du voyage dans la seconde moitié du siècle industriel.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 12: Micro-histoire, destinées paysannes et ouvrières individuelles

Extract

L’homme anonyme est l’une des figures les plus fameuses de l’historiographie contemporaine : il y a les engloutis, les sans visages, les silencieux, les ouvriers, les paysans sans terre, les prisonniers de droit commun, les individus internés, déclassés… Pourtant, l’histoire de l’anonymat reste à écrire. Rien ou presque n’a été produit sur la manière dont s’est constituée la catégorie de l’anonyme. Cette histoire compterait aussi bien parmi ses protagonistes le jeune modèle posant nue avec un loup sur les yeux devant un photographe, que l’agresseur masqué attaquant un bourgeois dans une rue parisienne, le généreux donateur qui tait son nom que l’anarchiste qui pose une bombe ou envoie une lettre de menace non signée

Philippe Artières, Rêves d’histoire, 2006, p. 85.

Ce qui précède montre l’importance d’une approche individuée, microsociologique et microhistorique. En effet, si les études quantitatives et statistiques sont irremplaçables, en ce qu’elles permettent de mettre en évidence des phénomènes profonds qui autrement, resteraient muets (voir notamment Le Bras et Todd, op. cit.), seules les tentatives de reconstitutions biographiques, replaçant les individus dans le contexte de leur vie quotidienne, permettent d’approcher en détail la culture et les motivations de ces fractions de la population. Ce serait en effet une illusion de supposer que, parce que l’on connaît les grands mécanismes rendant compte des modifications de la structure de l’emploi dans le pays de Montb...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.