Show Less
Restricted access

Guerre de Troie, guerres des cultures et guerres du Golfe

Les usages de l’« Iliade » dans la culture écrite américaine contemporaine

Series:

Gaël Grobéty and Danielle Van Mal-Maeder

A la fin de la Guerre froide, les Etats-Unis d’Amérique deviennent la première puissance mondiale, animée par l’idéal de défendre les valeurs occidentales et de répandre la démocratie dans le monde. Or, cette « mission » de l’Amérique suscite critiques et interrogations, car ni ses racines identitaires gréco-romaines empruntées à l’Europe, ni les guerres qu’elle mène au Moyen-Orient ne semblent aller de soi. Dans ce contexte, le conflit est autant culturel que militaire. L’ Iliade d’Homère, au contenu guerrier, érigée par la tradition littéraire en œuvre fondatrice de l’Occident, offre aux penseurs américains un outil de réflexion susceptible d’éclairer un présent jugé trop inconfortable.
A travers l’étude d’un corpus tripartite inédit – ouvrages scientifiques et de vulgarisation, articles journalistiques, romans de science-fiction –, ce travail se propose de questionner le rôle d’une oeuvre symbolique de l’Antiquité grecque dans le monde d’aujourd’hui, et débouche sur une réflexion plus large touchant au sens contemporain des études classiques et à la transmission du savoir au sein de la culture populaire.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract





Troy, Turkey. – It is quiet here on the rubble at the presumed site of ancient Troy. No tourists gawk at the spot where Achilles pierced Hector’s throat, at the high stone walls on which King Priam tore his gray hair, at the gate that shows signs of having been widened as if to admit an unusually big object, like an oversized wooden horse.

Then there’s a roar, and two fighter jets streak across the sky, creating a collage of one of the world’s first battlegrounds and the next one, just southeast of here in Iraq. The instruments of war have changed mightily in 3200 years, but people have not ; that is why Homer’s Iliad, even when it may not be historically true, exudes a profound moral truth as the greatest war story ever told.

Ainsi commence un article de Nicholas D. Kristof, paru le 18 mars 2003 dans le New York Times. Nicholas D. Kristof, diplômé en droit à Oxford et deux fois lauréat du prix Pulitzer, s’est positionné contre la guerre en Irak dès le début du conflit. Deux de ses articles sont basés sur l’Iliade et passent en revue ce qu’il appelle les « leçons » liées à la guerre que nous enseigne le poème homérique.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.