Show Less
Restricted access

Guerre de Troie, guerres des cultures et guerres du Golfe

Les usages de l’« Iliade » dans la culture écrite américaine contemporaine

Series:

Gaël Grobéty and Danielle Van Mal-Maeder

A la fin de la Guerre froide, les Etats-Unis d’Amérique deviennent la première puissance mondiale, animée par l’idéal de défendre les valeurs occidentales et de répandre la démocratie dans le monde. Or, cette « mission » de l’Amérique suscite critiques et interrogations, car ni ses racines identitaires gréco-romaines empruntées à l’Europe, ni les guerres qu’elle mène au Moyen-Orient ne semblent aller de soi. Dans ce contexte, le conflit est autant culturel que militaire. L’ Iliade d’Homère, au contenu guerrier, érigée par la tradition littéraire en œuvre fondatrice de l’Occident, offre aux penseurs américains un outil de réflexion susceptible d’éclairer un présent jugé trop inconfortable.
A travers l’étude d’un corpus tripartite inédit – ouvrages scientifiques et de vulgarisation, articles journalistiques, romans de science-fiction –, ce travail se propose de questionner le rôle d’une oeuvre symbolique de l’Antiquité grecque dans le monde d’aujourd’hui, et débouche sur une réflexion plus large touchant au sens contemporain des études classiques et à la transmission du savoir au sein de la culture populaire.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre Premier : L’iliade Au Cœur Des Débats Culturels Et Des Réflexions Sur La Guerre : Analyse D’une Équation Complexe Entre Université Et Culture Populaire

Extract

CHAPITRE PREMIER

L’ILIADE AU CŒUR DES DÉBATS CULTURELS ET DES RÉFLEXIONS SUR LA GUERRE : ANALYSE D’UNE ÉQUATION COMPLEXE ENTRE UNIVERSITÉ ET CULTURE POPULAIRE



Zeus nous a imposé un mauvais destin, afin que nous soyons plus tard chantés par les hommes à venir1.

Malgré la clairvoyance de ses paroles, Hélène aurait sans doute été stupéfaite de découvrir l’étendue et la complexité des usages auxquels les « hommes à venir » allaient soumettre son histoire. Pouvait-elle seulement imaginer le chercheur penché sur l’étymologie de son nom, le journaliste du New York Times la comparant à une arme de destruction massive justifiant l’invasion de l’Irak, ou encore l’écrivain redéfinissant sa psychologie selon des critères qui lui seraient totalement étrangers ? Non contents de chanter et de perpétuer son « mauvais destin », certains le questionnent, le moquent, le modifient, le rejettent.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.