Show Less
Restricted access

Ordre et désordre dans l’œuvre romanesque de Luigi Pirandello

Hanane Majri

La recherche entreprise dans cet ouvrage est une étude des œuvres romanesques de Luigi Pirandello, dont le fil conducteur est le rapport inextricable entre ordre et désordre. Prisonniers d’une forme, les personnages pirandelliens tentent de se libérer à travers un questionnement existentiel sans fin qui leur fait prendre conscience des limites de leur être, mais aussi de leur difficulté à communiquer. Confrontés au regard de l’« Autre », ils apparaissent toujours porteurs d’un masque, ce qui leur dénie toute identité stable et définitive. Et il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que chaque personnage soit tout à la fois « un, personne et cent mille ». En effet, pour Pirandello la réalité est multiple et changeante en fonction des points de vue. De plus, elle est souvent le résultat d’une série de hasards qui la mettent à l’épreuve du chaos, ce qui induit, chez les personnages, doute, incertitude et mal-être. Entre désir de fuite et retours en arrière, leur vie sera – quelle qu’en soit la forme – illusoire.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre II : Changements et nouveautés

Extract



Introduction

Nous avons pu constater, dans I vecchi e i giovani, comment la réalité historique du passé de Pirandello concordait en grande partie avec les faits historiques relatés dans le roman. Il est à noter que l’époque, c’est-à-dire la fin du XIXe siècle qui représentait la tradition, chez Pirandello, annonçait le XXe siècle associé à l’idée de nouveauté et de modernité. Une fracture avec le passé s’étant imposée, nous assistons donc à la fin d’une époque, celle du Risorgimento, et au début d’une nouvelle ère. L’héroïsme du passé, que nous avons analysé tout au long du roman I vecchi e i giovani, se trouve désormais confronté à une modernité inédite, celle de l’ère mécanique, que nous allons surtout retrouver dans son autre roman I Quaderni di Serafino Gubbio operatore, mais aussi dans Il Fu Mattia Pascal et Suo Marito, dont nous avons déjà eu l’occasion de parler brièvement et dont nous parlerons encore par la suite, puisque tous les trois ont été écrits au début du XXe siècle.

Avant d’entrer dans l’analyse des romans, il semble important, comme nous l’avons fait précédemment avec I vecchi e i giovani, de brosser à grands traits le contexte historique pendant lequel ces trois romans ont été élaborés et la façon dont Pirandello le traduit dans son œuvre.

Nous rappellerons en premier lieu la transition...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.