Show Less
Restricted access

Savoirs et métiers de l’Etat au XIXe siècle

France et Etats germaniques

Series:

Brigitte Krulic

L’ouvrage aborde dans une optique comparatiste (France, Allemagne) les modalités de formation, de recrutement et d’évolution de carrière des serviteurs de l’Etat au XIXe siècle, dans un contexte marqué par la construction d’un Etat moderne soucieux d’une gestion efficace. A la différence de la Prusse, cas emblématique et précoce d’Etat autoritaire-bureaucratique, l’organisation d’une fonction publique régulière en France a en large partie résulté de nécessités pratiques et non d’une doctrine positive. Toutefois, les qualifications nécessaires pour que les administrateurs soient reconnus compétents et légitimes ont fait l’objet de vifs débats, traversés par des phénomènes de circulations d’idées et de modèles.
Les pratiques nées des nécessités du service de l’Etat ont permis des assouplissements et adaptations qui tempèrent les contrastes offerts par les représentations idéal-typiques du bureaucrate allemand et de son homologue français, contrastes qui renvoient à des traditions différentes en matière de relations entre pouvoir politique et administration. Au-delà de la diversité des situations, c’est la question du lien entre le pouvoir administratif et la poursuite de l’intérêt général qui demeure tout à la fois sous-jacente et active.
Show Summary Details
Restricted access

Pierre ALLORANT: Deux métiers de l’Etat en France au XIXe siècle: les préfets et les ingénieurs des ponts

Extract

| 109 →

Deux métiers de l’Etat en France au XIXe siècle: les préfets et les ingénieurs des ponts

Pierre ALLORANT Université d’Orléans/POLEN, équipe CEPOC et CHPP

Servir l’Etat est-il un métier, présuppose-t-il la maîtrise de savoirs particuliers pour l’exercer au mieux? La question touche à l’essentiel, non aux «deux corps du roi» révélés par Kantorowicz248, mais à la nature même de l’administration et du droit public, du service public cher à Léon Duguit à la puissance publique défendue par Hauriou249. En France, deux corps incarnent traditionnellement ces conceptions de l’Etat: d’une part, la représentation par essence politique de la tutelle administrative, sans exigence de compétence professionnelle a priori, trouve ses serviteurs au sein de l’administration préfectorale, critiquée depuis deux siècles, mais jamais véritablement écartée par des exécutifs soucieux d’une loyauté sans faille dans la mise en œuvre des normes et des décisions sur le territoire; et de l’autre, le savoir scientifique reconnu de l’ingénieur, recruté par concours depuis le règne de Louis XV250.

Ainsi, dès leur entrée dans la carrière administrative, préfets et ingénieurs vivent une frappante séparation de corps, avant de suivre des voies parallèles dans la maîtrise des savoirs indispensables à leur service. Comme le relevait Michel Debré, il n’y a pas eu d’administration en France avant 1945, simplement des ministères251. Toutefois,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.