Show Less
Restricted access

Autobiographie et textualité de l’événement au XXe siècle dans les pays de langue allemande

Series:

Françoise Lartillot and Frédéric Teinturier

Entre genèse du texte et genèse de soi s’immiscent à la fois les interprétations de soi au prisme de l’événement et de l’événement au prisme du moi, qui constituent en quelque sorte l’écriture autobiographique, celle-ci étant elle-même sous cette espèce herméneutique une forme de conquête philosophique et littéraire du 20 e siècle. Ces interactions sont d’autant plus complexes quand l’événement est en outre de nature frappante, soit que la guerre annihile toute forme d’optimisme, que la dictature nazie ainsi que ses corollaires terribles et criminels annihilent l’individu, que l’exil le prive d’un contexte culturel favorable, ou inversement que le fait de se penser comme relevant d’une marge, sexuelle, politique ou historique conduise à une torsion des formes d’expression choisies.
Ce sont ces niveaux de réflexion qui ont animé les auteurs de cet ouvrage qui se sont concentrés sur les textes en langue allemande mais ont fait aussi intervenir parfois les textes miroirs de la culture française.
Show Summary Details
Restricted access

Le récit subjectif impersonnel d’un événement historique: Der Luftangriff auf Halberstadt am 8. April 1945 d’Alexander Kluge

Extract



Mandana COVINDASSAMY

Ecole normale supérieure, Paris – UMR pays germaniques (8547)

Einige Geschichten zeigen Verkürzungen. Genau dies ist dann die Geschichte. Die Form des Einschlags einer Sprengbombe ist einprägsam. Sie enthält eine Verkürzung. Ich war dabei, als am 8. April 1945 in 10 Meter Entfernung so etwas einschlug.1

Dans l’avant-propos du livre 8 de Chronik der Gefühle, Alexander Kluge fait état du lien biographique qui l’unit au bombardement de Halberstadt un mois avant la capitulation de l’Allemagne. Néanmoins, le long texte qu’il consacre en 1977 à cet événement historique ne revêt pas les traits d’une autobiographie. Le récit n’est pas mené à la première personne, rien ne laisse conclure à une congruence entre l’auteur et l’une des perspectives narratives adoptées et à aucun moment ce que l’auteur a vécu n’est relaté. Et pourtant, si Kluge écrit ce texte, c’est bien parce qu’il y a sa place et qu’elle est inscrite au cœur de l’événement.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.