Show Less
Restricted access

Autobiographie et textualité de l’événement au XXe siècle dans les pays de langue allemande

Series:

Françoise Lartillot and Frédéric Teinturier

Entre genèse du texte et genèse de soi s’immiscent à la fois les interprétations de soi au prisme de l’événement et de l’événement au prisme du moi, qui constituent en quelque sorte l’écriture autobiographique, celle-ci étant elle-même sous cette espèce herméneutique une forme de conquête philosophique et littéraire du 20e siècle. Ces interactions sont d’autant plus complexes quand l’événement est en outre de nature frappante, soit que la guerre annihile toute forme d’optimisme, que la dictature nazie ainsi que ses corollaires terribles et criminels annihilent l’individu, que l’exil le prive d’un contexte culturel favorable, ou inversement que le fait de se penser comme relevant d’une marge, sexuelle, politique ou historique conduise à une torsion des formes d’expression choisies.
Ce sont ces niveaux de réflexion qui ont animé les auteurs de cet ouvrage qui se sont concentrés sur les textes en langue allemande mais ont fait aussi intervenir parfois les textes miroirs de la culture française.
Show Summary Details
Restricted access

Les voix / voies de Hilsenrath. Autobiographie, histoire et fiction

Extract



Konrad HARRER

Université de Lorraine, Nancy

Le titre de cette contribution comporte un jeu de mots qui, pour être peu original, n’en est pas moins pertinent ici dans la mesure où le terme de «voies» fait référence aux chemins qu’emprunte le récit chez Edgar Hilsenrath et pose ainsi la question du ou des genres vers lesquels il s’oriente, dans lesquels il s’inscrit et que finalement il transcende.

On s’intéressera ici plus particulièrement aux trois genres de l’autobiographie, du récit historique et du texte fictionnel. Ce ne sont là certes que des idéaux-types, des Idealtypen, comme dit l’allemand, qui ont depuis longtemps été déconstruits par la théorie littéraire: l’on sait que l’autobiographie contient toujours une part de fiction et que l’objectivité du récit historique n’est jamais totale. Chez Hilsenrath, il s’agit de pôles entre lesquels louvoient ses textes, mais aussi de voix, au sens propre du terme parfois comme nous le verrons, qui les composent et les habitent, si bien qu’on peut à bon droit parler d’une pluralité vocale, d’une polyphonie et relier ainsi les notions de voie et de voix.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.