Show Less
Restricted access

A contre-courant- Gegen den Strom

Résistances souterraines à l'autorité et construction de contrecultures dans les pays germanophones au XXe siècle

Series:

Cécilia Fernandez and Olivier Hanse

Terres de haute technologie, les pays germanophones sont également célèbres pour leurs phénomènes de réaction contre la modernité et la vivacité de leurs cultures alternatives: scène underground de Berlin, groupes anthroposophiques, etc. Entre le « mouvement de jeunesse », les communautés New Age contemporaines et les bohèmes de RDA, les différences semblent l’emporter. Par son regard transversal, le présent ouvrage révèle pourtant toute une série de liens unissant les différentes formes de resistances souterraines à l’autorité dans les pays germanophones au XXe siècle. Il interroge la tendance propre aux phénomènes contre-culturels à cumuler progressisme et tendances régressives, à privilégier les actions indirectes sur la réalité collective et à abolir la distinction entre vie privée et action politique. Ce livre contient des contributions en français et en allemand. Il résulte d’un colloque international qui s’est tenu à Saint-Etienne les 5-6-7 avril 2012.
Bei aller technischen Fortschrittlichkeit sind die deutschsprachigen Länder ebenfalls für ihren beharrlichen Widerstand gegen die Moderne und die Lebendigkeit ihrer alternativen Kulturen bekannt: man denke an die Berliner Untergrundszene, die Vielzahl anthroposophischer Gruppen u.v.m. Ideologisch wie strategisch scheint dabei zunächst einmal den Wandervogel, zeitgenössische New-Age-Gemeinden und die DDR-Bohème mehr zu trennen als zu einen. Der vorliegende Sammelband deckt allerdings auch eine ganze Reihe von Gemeinsamkeiten zwischen diesen Erscheinungen auf. Er befasst sich insbesondere mit der bei gegenkulturellen Phänomenen häufig zu beobachtenden Tendenz, progressive und regressive Bewegungen miteinander zu verknüpfen, indirekte Aktionsformen gegen die bestehende soziale Ordnung zu bevorzugen und die Unterschiede zwischen Privatleben und politischer Aktion aufzuheben. Das Buch fasst die Ergebnisse einer internationalen Tagung zusammen, die vom 5. bis zum 7. April 2012 in Saint-Etienne stattfand.
Show Summary Details
Restricted access

Une contre-culture sous étroite surveillance: les pionniers de l’art informel en RDA: Patrice Neau

Extract

Une contre-culture sous étroite surveillance: les pionniers de l’art informel en RDA

Patrice NEAU

Université de Nantes

La compétition idéologique exacerbée que se sont livrée dans les années cinquante le bloc occidental et les pays de l’Est est à l’origine d’un malentendu tenace: la suprématie de l’art informel en Europe serait la conséquence d’une offensive massive des Etats-Unis visant à imposer dans tous les domaines de la vie publique une suprématie américaine, l’art informel serait donc un produit d’exportation, le pendant européen de l’expressionnisme abstrait des années cinquante. Cette thèse a été défendue dans les années 1980 par Serge Guilbaut.1

Il est indéniable que les Etats-Unis ont dès la fin de la guerre lancé une vaste offensive dont le but était d’imposer la distribution et la diffusion de leurs produits culturels en Europe, mais le vecteur principal de cette offensive fut plus le cinéma que les arts plastiques. Même si leur diffusion a été activement soutenue par les pouvoirs publics (ce qui est assez rare aux Etats-Unis pour être noté) et les grandes fondations, les Beaux-Arts ne peuvent, dans une stratégie de prise d’influence culturelle, avoir le même impact sur les masses que le cinéma qui reste l’instrument privilégié d’une domination idéologique.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.