Show Less
Restricted access

‘Curious about France’ : Visions littéraires victoriennes

Visions littéraires victoriennes

Edited By Ignacio Ramos Gay

Les quinze essais rassemblés dans ce volume mettent en évidence la présence de la France en tant qu’espace, personnage et thème dans la littérature victorienne. Tout au long du dix-neuvième siècle, la France devient un leitmotiv sur lequel se calquent les idéaux et les aspirations britanniques, un caléidoscope de réflexions littéraires hétéroclites, au carrefour d’autres disciplines liées à la science, la politique, l’économie, l’histoire ou aux arts.
Le regard porté sur la France par des auteurs aussi variés qu’Oscar Wilde, Charles Dickens, Robert Browning, Walter Pater ou Frances Power Cobbe créé un idéal culturel pour une nation de plus en plus consciente de sa position hégémonique dans le monde. Ce regard se pose sur l’observateur lui-même, qui transpose ses observations sur son propre territoire, et, ce faisant, démontre être « very curious about France », comme l’écrira Thomas Carlyle dans une lettre au francophile John Stuart Mill. Berceau de mouvements littéraires transnationaux et exemple de dynamisme social, la France apparaît au travers des lettres britanniques comme une construction imaginaire, politique et identitaire, une fiction dont les représentations constituent avant tout un symbole de l’inséparable union entre les deux pays.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5. Un Anglais à Paris : la France d’après Waterloo vue par Le Fanu dans The Room in the Dragon Volant: Marie-Noëlle Zeender

Extract

In a Glass Darkly1 fut le dernier recueil que publia Joseph Sheridan Le Fanu en 1872, c’est-à-dire un an avant sa mort. Si parmi les cinq histoires qui le constituent « Green Tea » et surtout « Carmilla » ont donné lieu à de nombreux commentaires, en revanche l’avant-dernière, « The Room in the Dragon Volant » n’a pas bénéficié d’un rayonnement aussi important. Néanmoins, c’est la plus longue histoire de l’œuvre – l’on compte en effet pas moins de vingt-six chapitres – et celle-ci s’inscrit davantage dans la veine du roman policier que dans celle du récit gothique ou surnaturel. Pour sa part, E. F. Bleiler la considère comme une œuvre magistrale dans le domaine de la littérature de mystère :

The last of Le Fanu’s important tales of mystery is “The Room in the Dragon Volant” (London Society, 1872), which is easily one of the best mystery-adventure stories of the nineteenth century. In this story Le Fanu invaded the territory of Wilkie Collins quite successfully, creating an exotic background, an involved plot with many fine touches, and strong, vital characters […].2

Le cadre exotique auquel il est fait allusion, c’est en réalité la France d’après Waterloo qui sert de cadre aux mésaventures d’un jeune visiteur anglais. Dans le prologue, le Dr Hesselius évoque une drogue très employée au Moyen Age, qui porte le nom évocateur de « Mortis Imago », capable de provoquer un état cataleptique qui ressemble à la mort tout...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.