Show Less
Restricted access

Laïcités et musulmans, débats et expériences

(XIXe-XXe siècles)

Series:

Amin Elias, Augustin Jomier and Anais-Trissa Khatchadourian

L’islam est-il compatible avec la laïcité ? Ce type de questions est récurrent – l’actualité nous le rappelle sans cesse. Et nombreux sont ceux qui y répondent par la négative. Issu d’un colloque de jeunes chercheurs organisé en janvier 2012 à l’Université du Maine, cet ouvrage expose à l’inverse la variété des rapports qu’entretiennent les acteurs musulmans avec la laïcité, dans toutes ses formulations. Cette variété de relations est ici envisagée dans le temps long et en différents espaces (Europe occidentale, Balkans, Proche-Orient, Afrique du Nord, Inde …), ce qui met à jour des perspectives originales et des débats méconnus en France. Les contributions rassemblées montrent ainsi combien la laïcité est un concept en mouvement, sujet à de nombreuses interprétations et mobilisé dans des perspectives variées. Ces infi nies combinaisons intellectuelles et politiques entre musulmans et laïcités convaincront de la nécessité de cesser d’opposer terme à terme des concepts dont le sens est insaisissable hors de la parole des acteurs.
Show Summary Details
Restricted access

Entre local et transnational. Penser la laïcité chez les musulmans de Bosnie-Herzégovine pendant l’entre-deux-guerres

Extract

FABIO GIOMI

Entre local et transnational. Penser la laïcité chez les musulmans de Bosnie-Herzégovine pendant l’entre-deux-guerres

Même si l’entrée « laïcité » est présente dans les dictionnaires des langues du Sud-Est européen au moins à partir de la moitié du XIXe siècle, ce concept a fait l’objet d’un débat relativement limité dans les différents espaces publics impériaux et nationaux qui se sont succédés dans les Balkans. Certes, comme l’a montré une vaste historiographie, la relation entre acteurs étatiques et religieux a constitué un sujet de discussion de première importance pour les élites politiques et intellectuelles post-ottomanes qui, cependant, ne mobilisèrent la catégorie de laïcité que très rarement1. Cette absence peut s’expliquer en premier lieu par la circulation limitée des « idées des Lumières » dans la Turquie d’Europe des XVIIIe et XIXe siècles, mais aussi par le lien étroit entre identification religieuse et nationale que l’on retrouve en particulier dans le discours des élites balkaniques non musulmanes, notamment serbes, bulgares et grecques. Selon une philosophie de l’histoire très répandue dans la région – et qui malgré son absence de fondement ne cesse aujourd’hui encore de trouver des épigones –, les différentes institutions religieuses chrétiennes auraient représenté le lieu de « conservation » par excellence ← 241 | 242 → des identités nationales pendant les longs siècles du « joug turc »2. Même à l’époque post-ottomane, religion et nation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.