Show Less
Restricted access

Lorsque le brouillard a cessé de nous écouter

Changement climatique et migrations chez les Q’eros des Andes Péruviennes

Geremia Cometti

Envisager le changement climatique du point de vue des acteurs qui en subissent les effets, tel est le pari de cet ouvrage. Les Q’eros forment une communauté transhumante établie dans la région de Cuzco (Pérou) dont la production agricole et le bétail sont significativement affectés par le changement climatique, notamment la variation du régime des pluies. Depuis une dizaine d’années, un nombre croissant de Q’eros migrent, principalement vers la ville de Cuzco. À partir d’enquêtes ethnographiques effectuées entre 2011 et 2014, cet ouvrage démontre la nécessité d’analyser la manière dont une société se représente le changement climatique afin de comprendre les interactions entre migrations et changement climatique. Par le biais d’une analyse des discours et des pratiques que les Q’eros maintiennent avec et au sein de leur environnement, cette étude révèle que la dichotomie nature–culture sur laquelle reposent les études conventionnelles des effets du changement climatique ne permet pas de rendre compte de la manière dont les Q’eros se représentent le changement climatique.
Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract



10 février 2012 […] Cette étude est dédiée aux Q’eros qui ont tout mon respect et toute mon admiration pour parvenir à survivre dans ce climat terriblement hostile. Peu de gens pourraient le faire.

J’ai écrit cette phrase dans mon journal de terrain alors que j’étais assis sur le sol humide d’une maison de la communauté de Hatun Q’ero. Un brouillard opaque emplissait l’atmosphère, un vent terrible soufflait, une pluie forte s’abattait sur le toit en paille au dessus de ma tête et, par-dessus tout, un froid aigu pénétrait l’air. Je reste fidèle à ce témoignage exprimé en un jour particulièrement pénible tant d’un point de vue météorologique que psychologique. Aussi, les premières personnes que je tiens à remercier ici sont les Q’eros pour avoir partagé avec moi leur savoir et leur joie de vivre.

Cet ouvrage est issu d’une thèse en Anthropologie et Sociologie du Développement, soutenue en juin 2014 à l’Institut de Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) de Genève. Je remercie mes co-directeurs de thèse Isabelle Schulte-Tenckhoff et Étienne Piguet, ainsi que les membres de mon jury de thèse, Grégoire Mallard et Benjamin Orlove, pour l’enthousiasme et l’intérêt qu’ils ont continuellement témoignés pour mes recherches. Ma reconnaissance va également aux autres professeurs de l’IHEID qui m’ont soutenu et inspiré lors de mon parcours, notamment Jacques Grinevald, Rolf Steppacher, Pascal...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.