Show Less
Restricted access

Le bien-être subjectif au quotidien dans une société plurielle

Le cas des femmes cadres supérieurs en Suisse

Maria De Rio Carral

Depuis une cinquantaine d’années, nombreuses sont les études qui s’intéressent aux interactions entre les milieux de vie et leur impact sur la santé. Deux axes principaux se dégagent : l’un focalisé sur le conflit travail-famille en termes de notions liées au stress, et l’autre faisant la promotion du bien-être via l’équilibre travail-vie privée. Cependant, peu de travaux portent sur la dimension contextualisée de ce phénomène, dans son rapport à l’activité quotidienne concrète. Cette étude est consacrée à l’articulation travail–vie privée et son influence sur le bien-être subjectif (corporo-socio-psychologique) chez des femmes cadres en Suisse romande. Cette population est un terrain privilégié pour comprendre le sens donné à l’activité à partir des contraintes, responsabilités, et sollicitations perçues dans des contextes différents. Abordée selon une perspective qualitative en psychologie de la santé, notre approche permet de définir l’expérience plurielle de ces femmes par rapport aux divers groupes d’appartenance et par rapport à leur propre corporéité. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives de recherche et d’intervention, notamment dans le domaine de la santé au travail.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Aperçu préliminaire

L’objectif général de notre recherche consiste à analyser la contribution de l’insertion sociale plurielle au bien-être subjectif auprès des femmes cadres supérieurs en Suisse. En Suisse et en Europe, nombreux sont les discours sociaux, politiques et culturels axés sur la promotion de la carrière des femmes et de leur bien-être en termes d’« équilibre travail-­famille » ou de « conciliation travail-vie privée » (BFEG, 2007a, 2007b, 2010, 2012 ; OFS, 2010 ; OMS, 2010). Or, peu de travaux se sont focalisés sur le bien-être subjectif de l’une des populations les plus concernées par cet enjeu, celle des femmes cadres supérieurs. Notre étude vise à combler cette lacune.

Plus particulièrement, nous nous intéressons au vécu concret de ces femmes à travers leur discours sur l’activité quotidienne personnelle, selon une perspective critique et développementale en psychologie de la santé (Santiago-Delefosse, 2002, 2008 ; Lyons & Chamberlain, 2006 ; Murray, 2004). Il s’agira d’étudier la mise en sens de leur activité au sein d’une appartenance simultanée et parallèle à différents milieux de vie, où elles sont constamment amenées à faire des choix entre des priorités, des objectifs et des valeurs différents, parfois contradictoires. De même, nous visons à identifier les différents moyens mis en place à travers l’activité permettant de s’ajuster à ce vécu social pluriel en termes de supports à leur bien-être subjectif, ainsi que les possibles entraves à ce...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.