Show Less
Restricted access

Eclats d’Autriche

Vingt études sur l’image de la culture autrichienne aux XXe et XXIe siècles

Series:

Edited By Valérie de Daran and Marion George

L’Autriche n’est plus seulement « ce qui reste », à savoir un pays nostalgique d’une grandeur passée souvent idéalisée. Elle n’est pas non plus le terreau exclusif de la littérature dite « négativiste ». Innovante et audacieuse, soucieuse de se démarquer de son voisin allemand, ouverte plus que d’autres pays d’Europe aux influences centre-européennes, elle s’invente sans cesse par les échanges qu’elle tisse avec l’extérieur. Quels reflets projette-t-elle de son identité littéraire et culturelle ? Comment ces images sont-elles accueillies et fixées par ses partenaires européens, la France en particulier ? Et comment se sont-elles modifiées au fil de l’Histoire de la seconde moitié du XX e et du début du XXI e siècle ? Des germanistes, des romanistes, des spécialistes des domaines filmique et artistique analysent dans ce livre la réception de la création autrichienne dans une perspective historique, sociologique et esthétique. Ils éclairent les multiples facettes culturelles d’un pays qui fraye volontiers avec l’altérité et apporte une contribution non négligeable à la vie artistique européenne.
Show Summary Details
Restricted access

Une longue histoire compliquée: l’accueil d’Ingeborg Bachmann en France: Herta Luise Ott

Extract

Herta Luise OTT

«…jeder muss den andren ein wenig übersetzen. Übersetzen ist die erste Pflicht, auch wenn sie nicht in die Charta der Menschenrechte aufgenommen ist.»1

Ingeborg Bachmann compte aujourd’hui au nombre des poètes de langue allemande dont la place est incontestée au-delà même des frontières des pays de langue allemande, et notamment dans le champ littéraire français. Ce qui est assez récent. Traduite dans de nombreuses langues et bien accueillie dans d’autres pays depuis des décennies, elle ne fut pendant longtemps ni véritablement connue ni reconnue en France – à l’exception des milieux de la germanistique et d’une critique installée aux marges du main stream, incarnée, entre autres par Hélène Cixous, Henri Meschonnic, Jean-Luc Nancy2. Une auteure pour les initiés qui connaissent l’allemand. Elle fut pourtant éditée très tôt par une maison d’édition française prestigieuse: son recueil de nouvelles Das dreißigste Jahr (La Trentième Année) de 1961 a paru aux Editions du Seuil en 1964 dans la traduction de ← 281 | 282 → Marie-Simone Rollin qui devait signer huit ans plus tard la version française d’un texte, célèbre lui aussi, de Christa Wolf: Nachdenken über Christa T.

Si Marie-Simone Rollin demeure une auteure confidentielle (hormis ses traductions et des livres, elle a publié, dès 1976, dans deux revues féministes désormais légendaires, Sorcières et Die schwarze Botin)...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.