Show Less
Restricted access

Tobie sur la scène européenne à la Renaissance, suivi de «Tobie», comédie de Catherin Le Doux (1604)

suivi de Tobie, comédie de Catherin Le Doux (1604)

Series:

Edited By Alain Cullière

En raison de ses qualités dramatiques et morales, le livre de Tobie a fait souvent l’objet d’adaptations théâtrales à partir de la fin du Moyen Âge. C’est en Europe du Nord, aussi bien dans les milieux catholiques que réformés, que les pièces ont été les plus nombreuses, jouées surtout dans un cadre scolaire. En se dégageant des schémas médiévaux, certaines témoignent déjà d’une grande ingéniosité. Ce volume rassemble les communications présentées sur le sujet au colloque de Metz des 22 et 23 novembre 2013. Elles ont montré comment la « comédie » de Tobie a contribué au renouvellement dramaturgique de la Renaissance.
En fin d’ouvrage est publié pour la première fois depuis 1604 le Tobie de Catherin Le Doux. Écrite à l’occasion du mariage du landgrave Maurice de Hesse, cette pièce en prose française fut probablement jouée au château de Cassel, en juin 1603, par les jeunes nobles du collège de la ville, où l’auteur enseignait les langues étrangères. Celui-ci, brisant les conventions, s’y met lui-même en scène de façon surprenante, se joue des anachronismes et multiplie les emprunts aux grands auteurs français, notamment à Montaigne. On peut donc dire, d’une certaine manière, que l’auteur des Essais a été porté au théâtre, en Allemagne, au début du XVII e siècle.
Show Summary Details
Restricted access

Tobie sur scène aux Pays-Bas. Les pièces latines et néerlandaises

Extract

Jan BLOEMENDAL

Huygens ING, La Haye

Le livre de Tobie est, comme nous le savons, un livre apocryphe. Nous connaissons le texte, transmis en deux versions, par des sources grecques dont le rapport à un original hébreu ou araméen n’est pas clairement établi. On ne peut le dater précisément, mais il est probable, puisqu’il est consacré à la providentia Dei, qu’il s’agit d’un livre de consolation pour des exilés juifs qui essayaient de maintenir leurs pratiques au milieu d’une société païenne.

L’histoire comprend deux parties, liées par la figure de Tobie le fils. En premier lieu, celui-ci va mettre fin, avant de l’épouser, à la malédiction qui pèse sur Sara sa cousine, qui a vu mourir successivement ses sept premiers maris. En second lieu, il va rendre la vue à son père, également nommé Tobie ou Tobit, jadis rendu aveugle par la fiente d’une hirondelle. Tobie est aidé et guidé par l’ange Raphaël. Sur le chemin qui le mène auprès de Sara, Raphaël encourage Tobie à capturer un poisson et à utiliser son foie et son cœur pour expulser les mauvais esprits qui tourmentent Sara, puis à en conserver le fiel qui servira au retour à guérir le père de sa cécité. À la fin de l’histoire, l’ange révèle son identité. Tobie l’aura ainsi connu comme un ami terrestre, à qui il pouvait accorder sa confiance mais sans percer le plan de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.