Show Less
Restricted access

Tobie sur la scène européenne à la Renaissance, suivi de «Tobie», comédie de Catherin Le Doux (1604)

suivi de Tobie, comédie de Catherin Le Doux (1604)

Series:

Edited By Alain Cullière

En raison de ses qualités dramatiques et morales, le livre de Tobie a fait souvent l’objet d’adaptations théâtrales à partir de la fin du Moyen Âge. C’est en Europe du Nord, aussi bien dans les milieux catholiques que réformés, que les pièces ont été les plus nombreuses, jouées surtout dans un cadre scolaire. En se dégageant des schémas médiévaux, certaines témoignent déjà d’une grande ingéniosité. Ce volume rassemble les communications présentées sur le sujet au colloque de Metz des 22 et 23 novembre 2013. Elles ont montré comment la « comédie » de Tobie a contribué au renouvellement dramaturgique de la Renaissance.
En fin d’ouvrage est publié pour la première fois depuis 1604 le Tobie de Catherin Le Doux. Écrite à l’occasion du mariage du landgrave Maurice de Hesse, cette pièce en prose française fut probablement jouée au château de Cassel, en juin 1603, par les jeunes nobles du collège de la ville, où l’auteur enseignait les langues étrangères. Celui-ci, brisant les conventions, s’y met lui-même en scène de façon surprenante, se joue des anachronismes et multiplie les emprunts aux grands auteurs français, notamment à Montaigne. On peut donc dire, d’une certaine manière, que l’auteur des Essais a été porté au théâtre, en Allemagne, au début du XVII e siècle.
Show Summary Details
Restricted access

Entre Humanisme et Réforme :Tobie sur la scène allemande

Extract

Marie-Thérèse MOUREY

Université Paris-Sorbonne

L’avènement de la Réforme dans l’espace germanique signifia incontestablement un tournant pour l’histoire culturelle et littéraire allemande, détournant l’esprit et l’orientation première de l’Humanisme pour subordonner les expressions artistiques et esthétiques aux postulats théologiques et idéaux de la nouvelle Foi1. Pour la littérature, le recours à la langue vernaculaire, médium identitaire par excellence de la Germania en lutte contre la Romania, permit de toucher un public plus large que celui des seuls théologiens et érudits, et de transformer un simple vecteur linguistique en véritable arme idéologique. Ainsi fleurit une extrême diversité de genres et de types littéraires, allant de la poésie (avec notamment le cantique et les poésies spirituelles2) au drame3. Dans ce dernier genre, la dimension de satire mordante, voire de polémique agressive, fut la première à s’exprimer en langue allemande, à l’instar des Nécrophiles (Die Totenfresser) de Pamphile Gengenbach ou ← 55 | 56 → du Pape et son clergé (Vom Papst und seiner Priesterschaft) de Niklas Manuel, deux œuvres composées en 1521-1522, dans la foulée des grands écrits fondateurs de Luther4. En dehors de cette veine satirique, c’est le drame édifiant qui va se développer dès les années 1530, et plus particulièrement à partir de la stabilisation intervenue en 1555 avec la Paix d’Augsbourg. La Bible en est le fondement naturel, qui constitue le plus grand réservoir...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.