Show Less
Restricted access

Langage, activités et ordre social

Faire de la sociologie avec Harvey Sacks

Alain Bovet, Esther González Martínez and Fabienne Malbois

Le sociologue américain Harvey Sacks (1935-1975) a apporté une contribution décisive au développement de l’ethnométhodologie en fondant l’analyse de conversation et l’analyse des catégorisations. Il a renouvelé l’étude du rapport entre langage et action sociale en élaborant une démarche empirique originale fondée sur le recueil, la transcription et l’analyse détaillée d’échanges langagiers. L’engouement pour les démarches pragmatistes que connaissent aujourd’hui les sciences sociales confère une grande actualité à cet explorateur de la première heure de l’organisation endogène des pratiques sociales. Le lecteur trouvera ici une introduction circonstanciée à son œuvre et une invitation à poursuivre de manière critique et innovante le type d’enquête qu’il a initié. Quatre textes de Sacks inédits en français sont suivis de cinq textes originaux qui entrent en dialogue avec sa démarche singulière. Ces contributions examinent la dimension sociologique de l’œuvre, aux niveaux épistémologique, analytique et méthodologique. Elles mettent également en évidence ses apports au traitement d’objets tels que la socialisation, les structures sociales et les identités individuelles et collectives.
Show Summary Details
Restricted access

Un « mal-entendu » ; un tabou sur l’écoute

Extract



Ce que je souhaite examiner maintenant est une petite partie de ce qui pourrait être impliqué dans les complications qui ont cours dans l’extrait ci-dessus1. Supposons pour l’instant que Jim ait mal entendu ce qui lui avait été demandé ou qu’il se soit trouvé dans l’incapacité de l’entendre. Nous pouvons le supposer de prime abord parce que, d’une part, Roger, Al et Ken considèrent que c’est de ce problème dont il s’agit, et, d’autre part, parce que Jim utilise une méthode pour signaler sa difficulté qui sert précisément à cela, à savoir la question « Hm? » qui est une manière de dire « Qu’as-tu dit ? ».

Nous pouvons alors nous demander pourquoi, indépendamment du contenu de l’énoncé, Jim aurait mal entendu ce qu’on lui demandait ou ne l’aurait pas entendu. Je suppose qu’on pourrait simplement dire que peut-être ça n’était pas clair. Il existe une variété d’objections ← 15 | 16 → possibles à cela. L’une d’elles serait que le mot « agreeing » a été entendu par quelqu’un d’autre que celui qui l’a prononcé, c’est-à-dire qu’il est ultérieurement avancé par un autre interlocuteur (Al) que celui qui a posé la question initiale. Par ailleurs, alors que l’élément est répété à plusieurs reprises, Jim ne le comprend toujours pas. Donc même si au tout début il n’était pas clair que le mot « agreeing » fût prononcé, Jim aurait pu le saisir au bout d’un moment ; or ce n’est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.