Show Less
Restricted access

Langage, activités et ordre social

Faire de la sociologie avec Harvey Sacks

Edited By Alain Bovet, Esther González Martínez and Fabienne Malbois

Le sociologue américain Harvey Sacks (1935-1975) a apporté une contribution décisive au développement de l’ethnométhodologie en fondant l’analyse de conversation et l’analyse des catégorisations. Il a renouvelé l’étude du rapport entre langage et action sociale en élaborant une démarche empirique originale fondée sur le recueil, la transcription et l’analyse détaillée d’échanges langagiers. L’engouement pour les démarches pragmatistes que connaissent aujourd’hui les sciences sociales confère une grande actualité à cet explorateur de la première heure de l’organisation endogène des pratiques sociales. Le lecteur trouvera ici une introduction circonstanciée à son œuvre et une invitation à poursuivre de manière critique et innovante le type d’enquête qu’il a initié. Quatre textes de Sacks inédits en français sont suivis de cinq textes originaux qui entrent en dialogue avec sa démarche singulière. Ces contributions examinent la dimension sociologique de l’œuvre, aux niveaux épistémologique, analytique et méthodologique. Elles mettent également en évidence ses apports au traitement d’objets tels que la socialisation, les structures sociales et les identités individuelles et collectives.
Show Summary Details
Restricted access

De la possibilité d’analyser des récits d’enfants

Extract



Traduction de: Sacks, H. (1972), « On the analyzability of stories by children », pp. 325–345 in J. J. Gumperz, D. Hymes (eds.), Directions in Sociolinguistics, New York, Holt Reinhart and Winston.

Note introductive

L’analyse des pratiques de catégorisation joue un rôle central dans le travail de Harvey Sacks, pour la raison assez simple que les participants à une conversation s’emploient fréquemment à catégoriser des personnes, présentes ou absentes. Une sociologie de l’interaction ne peut dès lors pas ignorer ce phénomène. Mais cet argument empirique soulève un problème épistémologique : en proposant une analyse scientifique des relations sociales, la sociologie est elle aussi amenée à catégoriser les êtres humains en termes de prolétaires, de petits-bourgeois, de déviants ou de dominés par exemple. Comment faut-il dès lors articuler ces deux formes de catégorisation (Bovet, Gonzalez 2006) ?

Sur ce point, comme sur beaucoup d’autres, Sacks propose une démarche orientée vers les pratiques. Que font les locuteurs ordinaires et les sociologues lorsqu’ils catégorisent ? Comment peut-on décrire l’organisation du sens que ces pratiques supposent et mettent en œuvre ? Comment rendre compte de l’inscription de la catégorisation dans un cours d’action, et comment peut-elle influer sur ce même cours d’action ? Ce programme de travail explique qu’il ne soit pas aisé, ni avisé, de partager le travail de Sacks entre l’analyse des pratiques de catégorisation et celle de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.