Show Less
Restricted access

Langage, activités et ordre social

Faire de la sociologie avec Harvey Sacks

Edited By Alain Bovet, Esther González Martínez and Fabienne Malbois

Le sociologue américain Harvey Sacks (1935-1975) a apporté une contribution décisive au développement de l’ethnométhodologie en fondant l’analyse de conversation et l’analyse des catégorisations. Il a renouvelé l’étude du rapport entre langage et action sociale en élaborant une démarche empirique originale fondée sur le recueil, la transcription et l’analyse détaillée d’échanges langagiers. L’engouement pour les démarches pragmatistes que connaissent aujourd’hui les sciences sociales confère une grande actualité à cet explorateur de la première heure de l’organisation endogène des pratiques sociales. Le lecteur trouvera ici une introduction circonstanciée à son œuvre et une invitation à poursuivre de manière critique et innovante le type d’enquête qu’il a initié. Quatre textes de Sacks inédits en français sont suivis de cinq textes originaux qui entrent en dialogue avec sa démarche singulière. Ces contributions examinent la dimension sociologique de l’œuvre, aux niveaux épistémologique, analytique et méthodologique. Elles mettent également en évidence ses apports au traitement d’objets tels que la socialisation, les structures sociales et les identités individuelles et collectives.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Dans le monde scientifique francophone, les théories sociologiques connaissent depuis une vingtaine d’années un tournant « pragmatique » ou « praxéologique » qui les conduit à faire de l’action conjointe, en situation, une unité centrale d’analyse (Boltanski, 1990 ; Céfaï, 2002 ; Heinich, 1998 ; Latour, 1987 ; Quéré, 2004 ; Thévenot, 2006). Ce tournant pris par l’enquête sociologique se nourrit aux sources mêmes qui ont irrigué la sociologie américaine : les philosophies pragmatistes de John Dewey (1993 [1938]), George H. Mead (2006 [1934]) et Charles S. Peirce (2003), et la sociologie empirique et interprétative de l’Ecole de Chicago (Park, Burgess, 1921), qui s’était elle-même beaucoup inspirée de la sociologie des « formes sociales » de George Simmel (1999 [1908]). Cette réorientation est également marquée par les perspectives qui, à partir des années soixante, se présentent comme des alternatives à la sociologie structurale-fonctionnaliste américaine et ont été progressivement traduites en français : l’interactionnisme goffmannien (Goffman, 1973 [1959]), l’interactionnisme symbolique (Strauss, 1992 [1959]), la sociologie phénonoménologique d’Alfred Schütz (1987), en particulier dans sa reprise par Peter L. Berger et Thomas Luckmann (1986 [1966]), et l’ethnométhodologie (Garfinkel, 2007 [1967]).

Bien qu’il ait joué un rôle tout aussi central dans l’étude de l’action pratique, le sociologue américain Harvey Sacks (1935–1975) est encore largement absent des débats dans le monde scientifique francophone1. ← 1 | 2 → Cet ouvrage a dès lors pour ambition de proposer une introduction synthétique...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.