Show Less
Restricted access

Entre linguistique et anthropologie

Observations de terrain, modèles d’analyse et expériences d’écriture

Series:

Danielle Londei and Laura Santone

A distance de plus d’un demi-siècle de la célèbre Conférence des Linguistes et des Anthropologues (1952), qui souda officiellement les liens entre Jakobson et Lévi-Strauss en inaugurant un nouveau tournant épistémologique, cet ouvrage se propose de vérifier, d’une part, si le débat entre linguistes, anthropologues, mais aussi spécialistes de la communication, se poursuit, et, d’autre part, d’identifier les différentes modalités selon lesquelles la dimension linguistique et la dimension culturelle se rejoignent, s’opposent ou se croisent encore aujourd’hui. Dans le paysage « globalisé » de notre temps, quels nouveaux éclairages peuvent nous offrir ces deux champs? Les contributions à ce collectif configurent une perspective réflexive qui met au jour la pluralité des points de vue et des postures d’observation, des modèles d’analyse et des expériences d’écriture engendrant des pratiques tout aussi diversifiées d’interprétation, de traduction et de négociation du sens entre des médiateurs de langage. Ces « lectures du monde » nous engagent à maintenir le dialogue entre linguistes et anthropologues en termes de nécessité interdisciplinaire et à le concevoir comme un instrumentheuristique de recherche indispensable à l’appréhension de processus sociaux, langagiers et culturels complexes que les chercheurs se donnent pour tâche commune de comprendre et de faire comprendre.
Show Summary Details
Restricted access

Dévoiler les mondes du post-génocide rwandais. Langues, acteurs et conflits: Michela Fusaschi, Francesco Pompeo

Extract

MICHELA FUSASCHI, FRANCESCO POMPEO

Université Roma Tre

[…] la plupart des phénomènes historiques et naturels n’est pas simple, en tous cas, pas de cette simplicité qui nous plairait.

(Primo Levi, 1989)

Mener une recherche dans la contemporanéité rwandaise implique une confrontation avec des niveaux complexes d’une réalité qui défie la méthodologie ethnographique classique. Il s’agit tout d’abord de prendre en considération le poids considérable du passé génocidaire, c’est-à-dire les multiples stratifications d’une conflictualité idéologiquement cultivée pendant plusieurs générations, et jusqu'à 1994. Ensuite, il s’agit d’apprécier les implications d’une stratégie d’élaboration du deuil qui passe par deux pôles : d’une part, une politique mémorielle entretenue par le gouvernement, qui a déjà fait l’objet d’un travail critique (Vidal 1999 ; De Lame 1996) ; d’autre part, une certaine « énergie du présent », visible dans le dynamisme intense de la reconstruction en tant que « régime d’historicité » spécifique (Hartog 2003).

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.