Show Less
Restricted access

Paroles de témoins, paroles d’élèves

La mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de l’espace public au monde scolaire

Series:

Nadine Fink

À la fin des années 1990, le rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale fait l’objet de vives polémiques au cours desquelles se confrontent la mémoire portée par les acteurs du passé et l’histoire en tant qu’interprétation de ce passé. Les tensions et les controverses, largement relayées dans la société, n’épargnent pas le monde scolaire. Ainsi, jusqu’en 2008, plus de vingt mille élèves de Suisse visitent l’exposition L’Histoire c’est moi qui médiatise les témoignages audiovisuels de personnes racontant leurs souvenirs de l’époque de la guerre. En suivant la manière dont cette exposition a été vécue par le jeune public, ce livre étudie l’expression et la réception de la parole du témoin dans le champ scientifique, dans l’espace public et dans le monde scolaire. Il interroge à la fois la construction de la mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale en Suisse et la contribution des témoignages oraux à la formation intellectuelle des élèves. Il montre comment se tisse le lien intergénérationnel entre témoins et élèves autour d’une représentation partagée du passé, souvent lisse et consensuelle, plus rarement critique et nuancée.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 6: Les Enseignants et L’histoire C’est moi

Extract

Afin de saisir la manière dont une question historique qui fait débat – la mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale – interagit avec l’espace scolaire, ce chapitre s’intéresse aux intentions et aux pratiques d’enseignement dans le cadre de L’Histoire c’est moi en présentant les résultats de l’analyse des observations (de visites et de cours) et des entretiens menés avec les neuf enseignants qui se sont prêtés à la recherche. Il s’agit d’une part d’explorer ce que disent les enseignants – leurs intentions et leurs motivations – et, d’autre part, ce que montrent les dispositifs didactiques qu’ils mettent en œuvre. L’enjeu est de déterminer si, dans la perspective d’un développement de la pensée historienne des élèves, les enseignants articulent, dans leurs propos et dans leurs dispositifs, la dialectique mémoire et histoire.

Dans la première partie de ce chapitre, l’enjeu est de savoir si les enseignants centrent leurs dispositifs didactiques plutôt sur l’acquisition de connaissances à propos de la Seconde Guerre mondiale – un apprentissage de l’histoire par les témoignages – ou s’ils pensent leurs dispositifs en termes de distinction entre la mémoire et l’histoire – le recours aux témoignages comme levier cognitif pour développer la pensée historienne des élèves. Dans le premier pôle, les enseignants tendent vers une approche plutôt réaliste de L’Histoire c’est moi. Les témoignages servent d’illustrations du passé. Dans le second pôle, les enseignants conçoivent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.