Show Less
Restricted access

Le jugement professionnel, au cœur de l’évaluation et de la régulation des apprentissages

Series:

Edited By Lucie Mottier Lopez and Walther Tessaro

Le jugement professionnel est au cœur des pratiques d’enseignement. Il représente un enjeu crucial pour l’évaluation formative et certificative des apprentissages des élèves. Il oriente le regard sur les compétences professionnelles nécessaires à l’exercice d’une évaluation pédagogique de qualité, inscrite dans un cadre éthique et déontologique. À travers le jugement professionnel, l’ouvrage a pour objectif de mieux comprendre le caractère complexe de l’évaluation située des apprentissages des élèves. Les chapitres présentent des recherches menées dans différents ordres d’enseignement et contextes de formation. Les auteurs ont choisi diverses entrées de problématisation : pratiques de notation, implication de l’élève dans l’évaluation, régulations dans des situations d’évaluation de compétences, négociation des cultures d’évaluation y compris au-delà de la salle de classe.
Show Summary Details
Restricted access

L’atelier de négociation graphique, un cadre pour analyser les interventions régulatrices de l’enseignant?

Extract



Patricia Schillings, France Neuberg et Anne Housen

Sous l’impulsion de l’approche par compétences (Beckers, 2012; De Ketele, 2000; Rey, Carette, Defrance & Kahn, 2006), l’orthographe n’est plus considérée comme une discipline autonome mais comme une compétence au service de l’écriture. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le libellé des attendus à chaque niveau scolaire souligne bien cette volonté d’intégrer orthographe et production écrite: à huit ans (fin de 2e année primaire), on attend des élèves qu’ils atteignent 50% de formes correctes dans leurs propres productions. À 12 ans (fin de 6e année primaire), le seuil s’élève à 80%.

Toutefois, le seul critère de la conformité à la norme revient à dresser la liste des manques, et non des acquis, et à ne considérer les apprentissages à effectuer que sous l’angle normatif. Comme le souligne Cogis (2005), «la maitrise de l’orthographe n’est pas le simple résultat d’une mise en application de règles apprises par cœur, mais une affaire de réflexion et de conceptualisation, autant que de répétition; les procédures ne s’automatisent qu’à terme» (p. 8). Par conséquent, selon cette optique, une production écrite comportant des «fautes» reflète un moment, une étape dans l’évolution de l’apprentissage. Pour passer de la «problématique de la faute» à celle de l’acquisition, le rôle de l’enseignant doit donc se transformer en profondeur pour prendre en compte la manière dont se construisent les apprentissages orthographiques...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.