Show Less
Restricted access

Munera Friburgensia

Festschrift zu Ehren von Margarethe Billerbeck

Edited By Arlette Neumann-Hartmann and Thomas Schmidt

Margarethe Billerbeck hat sich über Jahrzehnte hinweg unermüdlich für die Klassische Philologie eingesetzt. Generationen von Studenten der Fächer Latein und Griechisch hat sie als Ordinaria an der Universität Freiburg (Schweiz) nicht nur durch ihre wissenschaftliche Kompetenz und philologische Genauigkeit gefördert, sondern auch durch ihre grosse Menschlichkeit geprägt. Durch ihre zahlreichen wissenschaftlichen Publikationen sowie ihre Tätigkeit als Herausgeberin wissenschaftlicher Reihen und ihren selbstlosen Einsatz für Institutionen und Projekte im Bereich der Altertumswissenschaften hat sie zugleich weltweit grosse Anerkennung erlangt. So verstehen sich diese Munera Friburgensia, von Kollegen am Institut für Antike und Byzanz, ihren Mitarbeitern und ihren Doktoranden zum Anlass ihres 70. Geburtstages verfasst, als ein Tribut der Freiburger Altertumswissenschaften an eine herausragende Wissenschaftlerin und Dozentin.
Show Summary Details
Restricted access

Les livres dans les documents d’archives byzantins

Extract

← 118 | 119 →JEAN-MICHEL SPIESER

Les pages qui suivent se veulent une première et rapide vue d’ensemble de ce que nous pouvons apprendre sur les livres dans le monde byzantin à travers leur mention dans les documents d’archives byzantins.1 Il n’est pas possible ici d’en faire une étude complète: il y a en effet près de 1000 mentions dans les documents réunis, ce qui ne correspond pas à un nombre précis de livres, puisque certaines mentions font référence à plus d’un volume, tandis que d’autres peuvent évoquer les livres sans nécessairement se référer à un exemplaire précis. Sur les 197 documents qui constituent la base de notre documentation, seuls 25 mentionnent des livres. Les livres étaient considérés comme des objets précieux. Parfois il est précisé qu’ils étaient conservés dans le sanctuaire de l’église.2 Quand ils sont évoqués de manière générique, ils le sont en même temps que les objets liturgiques et les icônes.3 Ils apparaissent, de manière non surprenante, en particulier dans les inventaires, qui sont liés en général à des monastères, ce qui est dû à la nature de la documentation. Le plus important est celui de la bibliothèque et du trésor du monastère Saint-Jean de Patmos, daté de septembre 1200, qui comporte 294 entrées concernant des livres.4 Le monastère de Xénophon possédait 130 livres en 1089.5 Mais ← 119...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.