Show Less
Restricted access

L’Etat au pays des merveilles

L’Etat et le projet étatique en Nouvelle-Calédonie

Peter Lindenmann

L’Etat au pays des merveilles décrit un projet de construction d’état contemporain. En Nouvelle-Calédonie, une ancienne colonie française dans le Pacifique Sud, une situation de conflit dans les années 80 a engendrée une succession de statuts cherchant à régler la situation difficile d’un territoire dépendant, mais ne pas intégré, d’un état européen distant de 20'000 km. L’Accord de Nouméa, conclu en 1998 entre loyalistes, indépendantistes et l’Etat central, a pavé la route pour une émancipation évolutive de la Nouvelle-Calédonie. Des transferts de compétences irréversibles, accompagnés par des formations préparatoires pour les futurs administrateurs et les crédits nécessaires sont le moyen de choix de la France pour accompagner le projet étatique calédonien. Ce livre, écrit dans une perspective de départ d’une tribu, d’une commune rurale en brousse, cherche à illuminer l’intérieur de ce processus à long terme pour comprendre le comment et le pourquoi de cette transformation de conflit réussie. Basé sur une longue recherche de terrain et un grand nombre d’entretiens, le livre fait le cas d’un projet étatique différent, sur une trajectoire unique et s’éloignant de plus en plus de la France métropolitaine.
Show Summary Details
Restricted access

Classer

Extract



← 249 | 250 → ← 250 | 251 →

 

« Classer veut dire : créer un lien systématique entre des éléments qui est repérable comme un classement » (Hoffmann 2000 : 79), ainsi est décrite cette notion dans un livre au sujet du traitement des écrits administratifs. Le même paragraphe continue de la sorte : « Classer systématiquement veut dire trouver parmi les possibilités innombrables laquelle est la plus adéquate, la plus appropriée. Il faut toujours classer, même avec les méthodes de classement les plus simples » (Hoffmann 2000 : 79). Cette inclination de l’État pour la procédure de classement n’est pas seulement valable pour les écrits administratifs mais aussi pour tous les autres événements qu’il rencontre. Classer est un élément de base de tout projet étatique. L’État ou, plus précisément, ses acteurs chargés de le faire définissent des catégories de tout genre dans lesquelles les faits rencontrés sont classés. Le pouvoir de créer des catégories et de définir ce qui fait partie de quelle catégorie est une condition préalable à toute action de l’État. Le fait de les classer donne une nouvelle signification aux faits. Envisagée sous cet angle, la procédure de classement devient un instrument pour changer le monde contemporain. Sur le modèle de l’anthropologue américain James C. Scott, je définis le projet étatique comme l’entreprise visant à classer à la fois la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.