Show Less
Restricted access

Jazz, pouvoir et subversion de 1919 à nos jours / Jazz, Macht und Subversion von 1919 bis heute

Series:

Edited By Pascale Cohen-Avenel

Pour la première fois, un ouvrage scientifique étudie le jazz et ses relations avec le pouvoir dans plus de 6 pays francophones, germanophones et russophones. Il s’interroge sur la valeur subversive du jazz dans la quête identitaire de la jeunesse contestataire, sur son rôle dans la propagande d’Etat de l’Est comme de l’Ouest, et dans la définition de soi des élites et des artistes des années 1920 à nos jours. Résolument internationale, la perspective choisie est également pluridisciplinaire.
Diese Studie widmet sich als erste in diesem Gebiet dem Jazz und seinen Beziehungen zu den Machthabern der jeweiligen Staaten. Der Fokus liegt auf verschiedenen deutsch-, französisch- sowie russischsprachigen europäischen Ländern. Untersucht wird, wie subversiv der Jazz in der Identitätssuche der Jugend wirkt, sowie seine Rolle in der staatlichen Propaganda, und in der Selbstdefinition der Eliten und der Künstler von den 1920er Jahren bis heute. Die Perspektive dieses Buches ist sowohl international wie interdisziplinär.
Show Summary Details
Restricted access

Le jazz et les artistes

Extract

YAN HAMEL

Dans la première partie de son ouvrage intitulé Le Jazz, à la lettre, Yannick Séité analyse la place du jazz dans la poétique de Guignol’s Band. Le critique cherche à montrer comment l’avancée esthétique réalisée par le développement du jazz a été mise par Céline au service d’un questionnement autoréflexif portant sur l’évolution et la modernité de la littérature. Afin de mettre en valeur l’angle dans lequel se situe son travail, Séité discrédite d’entrée de jeu toute approche fondée sur l’examen de la thématisation du jazz par la littérature. Selon lui il s’agit là du :

plus contingent et [du] plus superficiel des types de rencontres possibles entre jazz et littérature […] celui qui s’impose aussi le plus couramment à notre attention en ce qu’il fait du jazz l’objet du discours littéraire […] ou l’objet du discours de l’écrivain […]. Hors de toute prise en compte esthétique du résultat, c’est sans doute lorsque le jazz est l’objet du discours littéraire que la relation entre les deux arts est la plus lâche, la moins nécessaire.1

Avide de hiérarchiser les approches, tant il est soucieux d’indiquer quelles peuvent être les rencontres « nécessaires » entre les deux arts, Séité revient à la charge à la fin de la partie consacrée à Céline en affirmant qu’il est

vain de repérer [une rencontre jazz-litt...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.